En ce moment
 
 

Bart De Wever appelle au confédéralisme: "J'ai toujours dit qu'il ne s'occupait pas de la gestion du pays", réagit Olivier Maingain

Le passage du témoin au sein de DéFI se fait sans casse avec une promesse pour l'avenir, a affirmé lundi le président de, la formation amarante, Olivier Maingain. A l'issue de ces élections, Défi garde ses deux élus au fédéral mais il perd des sièges au parlement bruxellois et ne récolte pas d'élu en Wallonie. 

"En Wallonie, nous devons encore réussir l’ancrage local. Nous devons continuer de mailler le territoire wallon", justifie Olivier Maingain sur le plateau du RTL INFO. 

Le pays sort très divisé et les négociations pour former un gouvernement fédéral s'annoncent plus que compliqué. Le président de la N-VA, Bart De Wever, a répété son plaidoyer pour le confédéralisme. "Si l'on ne perçoit pas maintenant que le confédéralisme est la seule porte de sortie, on ne le percevra jamais. Même pour la gauche en Wallonie, c'est une solution", a-t-il lâché. 


"On est devant une fracture profonde"

Pour Olivier Maingain, de tels propos ne sont pas surprenants. "J’ai toujours dit que Bart De Wever ne s’occupait pas de la gestion du pays. S’il l’avait fait, il n’aurait pas fait tomber un gouvernement en fin de législature. De Wever s’inscrit dans la logique de dire 'la Flandre seule'. Il faudrait que certains Francophones le comprennent", a-t-il expliqué.

Avant d'ajouter: "Il va falloir faire preuve de maîtrise. On est devant une fracture profonde. Nous n’avons plus beaucoup de temps pour redresser la barre sur le plan socio-économique et avoir la capacité de rebondir pour faire un rapport de forces équilibré dans l’Etat belge". 

> DÉCOUVREZ LES RÉSULTATS(Par élection, circonscription, commune, candidat)

 

Vos commentaires