En ce moment
 
 

BHV : De Wever pas apaisé par les germanophones

Le président de la N-VA, Bart De Wever, n'a pas reçu l'apaisement qu'il attendait du ministre-président germanophone, Karl-Heinz Lambertz, à propos de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Il est toutefois rassuré sur le sérieux de la Communauté germanophone dans ce dossier après un entretien vendredi, à Bruxelles, avec M. Lambertz.

"J'ai la certitude que tout sera étudié sérieusement, que les germanophones ne se livreront pas à une mascarade, mais ils sont coincés entre les Flamands et les francophones" , a expliqué M. De Wever. Au cours de l'entretien, le président du parti nationaliste flamand a expliqué longuement "les sensibilités de la Communauté flamande" à M. Lambertz, a souligné ce dernier. Le ministre-président ne s'est toutefois pas prononcé sur l'attitude que prendrait sa Communauté. "Nous allons attendre. La seule chose que nous ne ferons pas, c'est nous décider sur la demande d'un seul parti. Nous allons voir tout le monde et, ensuite, nous nous prononcerons" , a-t-il rappelé. M. Lambertz a insisté sur la cohésion fédérale. "Notre intérêt dans ce dossier, c'est que le gouvernement fédéral ne vole pas en éclats" , a-t-il dit. Si la Chambre vote la proposition de loi flamande scindant Bruxelles-Hal-Vilvorde, les partis francophones pourraient user du mécanisme de la sonnette d'alarme et mettre en péril le gouvernement fédéral.

Vos commentaires