Brésil: massacre de 6 membres d'une même famille près de Rio

(Belga) La police brésilienne a annoncé mardi enquêter sur l'assassinat de six membres d'une même famille dont les cadavres ont été retrouvés criblés de balles près de Rio de Janeiro, un massacre dont le seul survivant est un bébé de sept mois.

D'après la presse brésilienne, cette tuerie s'apparente à un règlement de comptes entre narcotrafiquants, dont la cible principale serait Bruno de Souza, 19 ans, connu sous le surnom "Indio" (l'Indien en portugais). Le massacre a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, dans une maison située dans un quartier populaire de Mangaratiba, à 100 km au sud de Rio. La Police Civile de Rio de Janeiro s'est limitée à confirmer à l'AFP qu'elle enquêtait sur la mort de ce jeune homme et de sa compagne de 22 ans, d'une autre femme de 37 ans et son compagnon de 33 ans, ainsi que de leurs deux enfants, des adolescents de 18 et 16 ans. D'après le journal local Extra, la mère d'une des deux femmes tuées, également grand-mère des deux adolescents, a expliqué avoir retrouvé le bébé pleurant sur un canapé, au milieu des cadavres. Cité balnéaire d'environ 30.000 habitants, Mangaratiba est sortie de l'anonymat quand l'attaquant vedette Neymar y a passé la plupart sa convalescence après s'être blessé au pied fin février, dans une villa luxueuse d'un lotissement ultra-protégé. Deux ans après avoir accueilli les Jeux Olympiques, l'Etat de Rio est plongée dans une grave crise d'insécurité, avec des fusillades quotidiennes causées notamment par des affrontements entre gangs de narcotrafiquants et des interventions musclées de policiers tentant de s'interposer. En février, le président Michel Temer a confié à l'armée le commandement des opération de maintien de l'ordre de Rio, sans réellement freiner cette vague de violences. Depuis, les fusillades ont même augmenté de 36%, d'après un rapport du du Centre de recherches sur la sécurité et la citoyenneté (Cesec) de l'Université Candido Mendes. (Belga)

Vos commentaires