En ce moment
 
 

Bruxelles: le port du masque sera maintenu tel quel

  • Le port du masque sera maintenu tel quel à Bruxelles

  • “Je plaide pour la prudence”: Elio Di Rupo évoque le port du masque

  • Alexander De Croo: "Sans le vaccin, on n''aurait pas pu prendre les mesures décidées aujourd''hui"

 
 
 

L'obligation du port du masque sera maintenue en Région bruxelloise dans les secteurs où elle est actuellement d'application, notamment les commerces, a fait savoir vendredi le cabinet du ministe-président bruxellois, Rudi Vervoort, à l'issue du comité de concertation. Le Comité de concertation a décidé d'assouplissements dans les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, à l'échelle du pays. La situation épidémiologique et vaccinale est cependant très contrastée d'un territoire à l'autre.  "A Bruxelles, cette situation ne permettra pas d'adopter les mêmes assouplissements le 1er octobre. Outre l'entrée en vigueur du "covid stafe ticket" (CST) pour plusieurs secteurs, l'obligation du port du masque devra être maintenue dans les secteurs où elle s'applique actuellement pour toute la Belgique, notamment dans les commerces. Ceux-ci ne seront en effet pas soumis au CST, notamment pour permettre l'accès à tous aux commerces essentiels, mais en conséquence, le port du masque y restera obligatoire. Il en ira de même pour les activités de contacts", a expliqué le cabinet. 

LE DÉTAIL DES DÉCISIONS DU COMITÉ DE CONCERTATION

Port du masque et distances

À compter du 1er octobre, le port du masque reste obligatoire pour les personnes de plus de 12 ans dans les cas suivants :

- dans les espaces intérieurs des transports en commun, des gares et des aéroports ;
- dans les établissements de soins ;
- pour le personnel et les patients/clients de métiers de contacts médicaux et non médicaux ;
- lors d’événements, représentations culturelles et autres, compétitions sportives et entrainements, et lors de congrès rassemblant plus de 500 personnes à l’intérieur.

Ces obligations constituent le socle fédéral qui est applicable à l’ensemble du pays. Les autorités régionales prévoiront des obligations plus contraignantes si la situation épidémiologique le requiert.

Cafés et vie nocturne

À partir du 1er octobre, il sera à nouveau permis de danser dans les cafés. Les discothèques, dancings et night clubs pourront aussi rouvrir à condition d’utiliser le Covid Safe Ticket et d’assurer une qualité de l’air et une ventilation suffisantes, en respectant les protocoles renforcés.

Utilisation du Covid Safe Ticket

Le Covid Safe Ticket est la preuve d’une vaccination complète, d’un test PCR négatif récent ou un certificat de rétablissement. Le Comité de concertation estime que le Covid Safe Ticket constitue une solution alternative appropriée à des mesures restrictives ou autres fermetures dans les villes et communes où la situation épidémiologique s’est sensiblement détériorée.

Les entités fédérées doivent prévoir une assise réglementaire – via décret ou ordonnance – afin d’ancrer l’utilisation du Covid Safe Ticket. Une réflexion va être lancée afin de statuer sur l’extension ou non de l’utilisation du Covid Safe Ticket dans les lieux publics où les risques épidémiologiques demeurent élevés.

Les organisateurs d’événements en intérieur rassemblant 500 personnes ou plus et d’événements en extérieur rassemblant 750 personnes ou plus pourront aussi utiliser le Covid Safe Ticket dès le 1er octobre. Dans ce cas, les obligations du CIRM/CERM tombent.

Le respect du port du masque et de la distanciation sociale ne sont plus obligatoires lors de ces événements. Les organisateurs doivent toutefois en demander l’autorisation aux autorités locales.

Voyages

Ces dernières semaines, les contrôles à l’entrée du territoire ont été intensifiés et sont devenus plus contraignants. Dans l’intervalle, tous les voyageurs de retour de voyage et ceux arrivant sur le territoire belge sont contrôlés pour vérifier s’ils ont bien rempli le Passenger Locator Form (PLF). Les entités fédérées et les autorités locales ont quant à elles renforcé le contrôle du testing, du tracing, de la quarantaine et de l’isolement des personnes de retour de voyage.

Le Comité de concertation continuera par ailleurs à suivre de près l’évolution de la situation épidémiologique et se réunira au plus tard à la mi-octobre.


 




 

Vos commentaires