En ce moment
 

Cadeaux et pralines mais pas de retrouvailles en famille: nos militaires travaillent pendant les fêtes de fin d'année (vidéo)

Déployés en nombre depuis les attentats de 2015, nos militaires travaillent aussi ce 24 décembre. Le nouveau ministre de la défense Didier Reynders est allé à leur rencontre ce lundi matin notamment à l'aéroport de Zaventem. L'occasion aussi de faire le point sur les mesures de sécurité mise en place dans tout le pays.

Le ministre de la Défense, Didier Reynders, est allé lundi matin à la rencontre des militaires déployés dans les grandes villes belges dans le cadre de l'opération "Vigilant Guardian" (OVG) en renfort de la police fédérale, en allant souhaiter un joyeux Noël à ceux qui assurent la sécurité à l'aéroport national de Zaventem.

A Zaventem, 36 militaires - sur les quelque 465 engagés dans OVG - renforcent la soixantaine de policiers. La composante médicale fournit en permanence une section (soit une dizaine d'hommes et de femmes), a expliqué le "patron" de cette composante, le médecin général-major Pierre Neirinckx. Lors de l'attentat qui a frappé l'aéroport le 22 mars 2016, ce renfort médical s'est avéré particulièrement utile pour prodiguer de premiers soins aux victimes. Et cette présence a depuis été pérennisée.

"C'est important de venir les voir sur le terrain, je pense que ça fait partie de notre rôle de venir les soutenir et les encourager et voir avec eux les demandes que l'on pourrait rencontrer dans les prochaines semaines, les prochains mois", a expliqué M. Reynders au micro de nos journalistes Anne Sophie Depauw et Bruno Spaak.

M. Reynders s'est ensuite rendu tout près de son autre ministère, celui des Affaires étrangères, rue des Petits Carmes, dans le centre de Bruxelles, où il a salué les quelque 200 membres du bataillon Carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers de Bourg-Léopold (Limbourg) chargés d'assurer la sécurité dans les rues de la capitale.

M. Reynders s'est ensuite rendu dans le centre de la capitale où il a accompagné une patrouille de fantassins, s'arrêtant notamment devant le Musée juif de Bruxelles, là où le djihadiste français Mehdi Nemmouche est accusé d'avoir tué quatre personnes le 24 mai 2014. Alors en campagne électorale dans le quartier, le ministre s'était retrouvé très rapidement sur les lieux.

Vos commentaires