En ce moment
 
 

Charles Michel ne sera plus Premier ministre d'ici quelques jours: qui va le remplacer?

Charles Michel a annoncé vendredi au Conseil des ministres qu'il souhaitait être déchargé de sa responsabilité de Premier ministre au plus tard au début du mois de novembre afin de préparer la présidence du Conseil européen qu'il prendra le 1er décembre. Le chef du gouvernement fédéral en affaires courantes a fait part de sa volonté aux vice-Premiers ministres il y a déjà quelques jours.

"Constatant qu'à ce stade aucun processus de formation d'un gouvernement fédéral n'a démarré à la suite des élections 2019, il a également entamé depuis le début de cette semaine des consultations sur les modalités de son remplacement en affaires courantes", précise un communiqué. "Le Premier ministre veillera à garantir une transition fluide et responsable au service de l'intérêt des citoyens et de l'Etat", conclut-il.

Charles Michel ne dit pas encore à qui il va transmettre le flambeau. Des consultations ont démarré. A priori, trois possibilités:

Sophie Wilmès du MR, actuelle ministre du budget et de la fonction publique
Koen Geens, ministre de la Justice, centriste flamand (CD&V)
Alexander de Croo, ministre des finances, libéral flamand (Open Vld)

Wilmès est favorite, mais comme le MR a décroché le poste de commissaire européen, il se pourrait que les deux partis néerlandophones de cette coalition revendiquent, du coup, leur part dans les fonctions de prestige.

Charles Michel a déjà commencé à prendre ses habitudes, dans son nouveau bureau, au rond-point Schuman, dans le quartier des institution de l'Union européenne. Il a même entamé la constitution de son cabinet de futur président permanent du Conseil européen.

Au parlement fédéral, depuis 4 semaines il ne vient plus le jeudi pour répondre aux questions des députés. Enfin, le gouvernement est en affaires courantes, et les ordres du jour du conseil des ministres se sont rétrécis. Au point que certaines de ces réunions ont eu lieu par vidéoconférence ces derniers temps.

Vos commentaires