En ce moment
 

Charles Michel condamne avec fermeté l'utilisation d'armes chimiques en Syrie: "C'est écœurant" (vidéo)

  • Charles Michel : "On condamne avec une très grande fermeté l

  • Charles Michel: "On doit ouvrir un dialogue avec la Russie"

  • Charles Michel: "L

 

Charles Michel était l'invité de Bel RTL ce lundi matin. Le Premier ministre s'est exprimé sur la position de la Belgique par rapport à la Russie.

Les frappes effectuées en Syrie par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni sont loin de faire l'unanimité au sein de l'UE. Charles Michel a expliqué "comprendre" l'action militaire en Syrie tout en prônant des négociations politiques afin d'éviter toute escalade. Ce lundi matin, le Premier ministre a répondu aux questions de Martin Buxant sur les ondes de Bel RTL.


La Belgique était-elle au courant de ces frappes ?

Nous avons été informés durant les derniers jours qu'il y avait des indications selon lesquelles une décision était susceptible d'être prise... Par contre nous ne savions pas précisément à quel moment et quel type de cibles.


Soutenez-vous ces frappes aériennes ?

Nous avons été très claires. On condamne avec une très grande fermeté l'utilisation des armes chimiques. C'est tout à fait écoeurant, c'est abject... contre son propre peuple. Donc on condamne cette attitude du régime Assad (...) On a montré notre solidarité pour les trois pays concernés. Mais surtout, il est essentiel, urgent que s'ouvre un réel dialogue politique. La solution doit être d'abord une solution politique si on veut pouvoir durablement garantir de la stabilité, de la sécurité.


La Russie menace-t-elle l'équilibre internationale ?

La situation est beaucoup plus nuancée que cela. Il y a des intérêts géopolitiques. Ce n'est pas par distraction que je dis depuis de très nombreux mois qu'on a intérêt, comme Union Européenne, à peser plus lourdement pour protéger nos intérêts géopolitiques, notamment en ouvrant un dialogue avec la Russie... Pas seulement pour protéger les frontières européennes, mais également pour évoquer avec la Russie quel rôle elle peut jouer de manière plus positive qu'aujourd'hui au sud de l'Europe, notamment en Syrie, mais par exemple aussi en Libye.

 

Vos commentaires