En ce moment
 

Charles Michel président du MR: "Intellectuellement problématique", selon Pascal Delwit

Charles Michel assumera jusqu'à l'issue du processus électoral et des négociations gouvernementales le mandat de président du MR. Si être à la fois Premier ministre et président de parti est de tradition dans certains pays, c'est loin d'être le cas en Belgique où le système "s'y prête mal", estime le politologue Pascal Delwit (ULB).

"C'est une situation exceptionnelle", indique M. Delwit. Si cela s'est déjà vu, c'était lors de "périodes relativement brèves", quelques jours seulement."Formellement, rien n'interdit" d'occuper cette double casquette pendant plusieurs mois, mais "c'est intellectuellement problématique", relève M. Delwit. En Allemagne ou au Royaume-Uni, il est de tradition que le chef du gouvernement soit également président de son parti, mais le système belge "s'y prête mal". "Le Premier ministre l'est de tous les Belges, or la position communautaire" du MR peut poser problème aux citoyens du nord du pays. Le fait d'être en affaires courantes ne rend pas cette situation moins confortable, estime encore le politologue. Il pointe également un paradoxe: Charles Michel n'est devenu asexué linguistiquement qu'à la démission du gouvernement. En devenant président du MR, il ne l'est de nouveau plus, selon M. Delwit, qui souligne encore que la transition annoncée lundi matin "ne s'est pas faite selon les statuts" du parti.

Vos commentaires