En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: la Wallonie mobilise l'armée, la protection civile et des volontaires pour les maisons de repos

  • Coronavirus en Belgique - L''armée à la rescousse des maisons de repos wallonnes: "Il faut envisager toutes les aides possibles"

  • Coronavirus en Belgique: "Tous ceux qui peuvent être utiles, faites signe"

 
CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique mène à lancer un véritable cri de détresse et un appel à l'aide inédit, lancé pour les maisons de repos en Wallonie. Elles ne peuvent plus faire face à l'épidémie. De nombreux membres du personnel sont absents, malades. Face à cette situation, le gouvernement wallon demande l'aide de l'armée, de la protection civile mais aussi de toutes les personnes qui peuvent apporter leur soutien. La ministre wallonne de la Santé Christie Morreale était l'invitée de la Matinale de Bel RTL ce jeudi pour en parler. Elle a répondu aux questions de Fabrice Grosfilley.

Face à la dégradation de la situation dans un nombre croissant de maisons de repos, la Wallonie a décidé de demander un soutien de l'armée et de la protection civile. Elle lance également un appel à l'ensemble du personnel médical et para-médical hospitalier, des maisons médicales, des mutualités, de la médecine scolaire, PMS, Inami, etc. disponibles à venir aider les équipes en place dans ces institutions, a indiqué mercredi soir la porte-parole de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS). Selon la ministre, ces mesures sont justifiées par l'urgence de la situation dans ce secteur qui "requiert des mesures d'envergure". On dénombre actuellement 116 maisons de repos wallonnes ayant en leur sein un cluster de Covid-19 [un foyer comprenant dix cas de coronavirus ou plus, ndlr] sur un total de 600. "La situation nécessite qu'on mobilise toute l'aide possible pour essayer de répondre à la situation, à la propagation de la maladie, à la vitesse à laquelle se répand le virus dans les maisons de repos", a déclaré la ministre dans la Matinale de Bel RTL ce jeudi à 7h15.

"Il faut envisager toutes les aides possibles"

La ministre wallonne de la Santé a rencontré, hier, les gouverneurs des 5 provinces de Wallonie. Il leur est demandé de mobiliser la protection civile et l'armée. "Pour la logistique, mais pas uniquement. Aujourd'hui, les maisons de repos fonctionnent avec des aides-soignants qui donnent tout ce qu'ils peuvent, mais qui sont épuisés. On est face à un virus qui peut avoir des conséquences mortelles, et donc il faut envisager toutes les aides possibles, une médicalisation qui soit beaucoup plus importante que ce qu'elle n'est aujourd'hui, donc il faut faire rentrer des médecins quand c'est nécessaire dans les maisons de repos, pour venir en appui aux aides-soignants, pour pouvoir s'occuper des malades. On fait aussi un large appel à tous les médecins, à tout le personnel paramédical, qui n'est aujourd'hui pas occupé de manière aiguë dans la crise covid, pour venir en renfort dans les maisons de repos".

A Bruxelles, hier déjà, l'armée a été envoyée en renfort dans une maison de repos de Jette pour s'occuper d'une septantaine de résidents.

> CORONAVIRUS: consultez les dernières informations

Ces militaires et hommes de la protection civile vont se heurter au même problème que le personnel dans les maisons de repos: ils vont aussi avoir besoin de masques, de gants. Va-t-on pouvoir gérer tout ça ? "Des masques, on en distribue systématiquement dans la maisons de repos, on a distribué des masques chirurgicaux il y a plusieurs semaines et systématiquement quand il y a des clusters, on amène des masques FFP2, qui sont au-dessus de la norme sciensano pour les maisons de repos, pour s'assurer que le personnel soit suffisamment couvert. Pour ce qui est de la logistique, je pense qu'il faut attendre de voir ce que chaque maison de repos a besoin, et il faut qu'on s'adapte. Parfois, il faudra faire du cohortage, c'est-à-dire, mettre des malades d'un côté et des porteurs sains de l'autre, pour essayer que la maladie ne se propage pas. Dans ces cas-là, effectivement, l'armée va pouvoir venir en aide parce que le personnel n'a pas le temps pour pouvoir le faire. On peut imaginer que des homes doivent être désinfectés. Dans ce cas-là, l'armée pourrait venir en renfort si c'est nécessaire".

"Tous ceux qui pensent qu'ils peuvent être utiles, faites signe"

La ministre de la Santé a par conséquent appelé à une mobilisation générale pour les maisons de repos confrontées à des clusters ou en pénurie sévère de personnel. La Région wallonne demande donc à l'ensemble du personnel médical et para-médical hospitalier, des maisons médicales, des mutualités, de la médecine scolaire, PMS, Inami, etc. disponible de venir aider les équipes en place. "Tous ceux qui, d'une certaine manière, pensent d'une certaine manière qu'ils peuvent être utiles, faites signe, on a un site qui s'appelle https://solidaire.aviq.be/, sur lequel ils peuvent s'inscrire, et donc concrètement, ils peuvent être utiles durant cette crise, dans les maisons de repos mais aussi dans les centres d'hébergements pour personnes handicapées ou en santé mentale, puisque ce sont parfois les oubliés, la situation est moins critique, mais il faut être attentif. On le voit, quand la maladie rentre, c'est difficile d'empêcher sa propagation, donc il ne faut pas oublier ces secteurs-là non plus", a précisé la ministre ce matin sur Bel RTL.

> CORONAVIRUS: RTL INFO répond à vos questions

Equipes mobiles

Différentes réunions ministérielles ont eu lieu sur le sujet et reprendront ce jeudi matin dans cette "course contre la montre" qui s'engage. L'opération est menée en concertation avec MSF, la Croix-Rouge, les Maisons médicales, l'AVIQ et Médecins du monde. Une centaine de personnes devraient être actives dès la fin de cette semaine, selon la porte-parole de Mme Morreale. Toujours d'après la porte-parole, ces équipes mobiles viendraient en renfort dans les maisons de repos confrontées à la pandémie et/ou en manque de personnel. De manière plus immédiate, la Région wallonne demande un soutien de l'armée et de la protection civile. Une réunion avec les cinq gouverneurs de province a été organisée mercredi en fin de journée pour activer cette logistique d'urgence. Cela devrait permettre dans l'immédiat, de faire l'appoint dans les maisons de repos où cela s'impose, dans les domaines du catering, du cohortage des résidents en fonction de leur état de santé, et de la désinfection des locaux.

"C'était indispensable"

Pour la cheffe de groupe cdH Catherine Fonck, qui était l'invitée de 7h50 de la Matinale de Bel RTL, ce renfort était "indisepensable". Elle explique s'être elle-même inscrite - elle est médecin - sur la plateforme solidaire.

 

Vos commentaires