En ce moment
 

Crise politique en Wallonie: Benoit Lutgen rejette toute la faute sur "Madame Poltroni" (sic)

Benoit Lutgen était l'invité de Fabrice Grosfilley jeudi matin. Il est revenu sur la crise actuelle qui secoue la Région wallonne (voir l'analyse de notre journaliste politique Antonio Solimando à ce sujet).

En deux mots, cette crise est liée à un départ. La coalition wallonne a perdu sa majorité lundi, suite à la défection d'une députée libérale, partie vers la Liste Destexhe. Défection qui met en péril les derniers dossiers qui restaient à adopter au Parlement, avant les élections. Notamment la réforme des aides à l'emploi (APE) et l'assurance-autonomie (une taxe remplaçant la téléredevance). Mercredi, MR et cdH ont décidé de suspendre les travaux du Parlement, officiellement pour deux semaines.

La coalition MR-cdH est-elle encore en état de fonctionner, ou bien elle a été mise K.O. par Alain Destexhe ?

"En tout cas, elle doit prendre le temps de la concertation, avec l'ensemble des formations politiques du Parlement wallon. Ces concertations seront initiées aujourd'hui".

Pourquoi se donner autant de temps ? 15 jours de suspension des travaux, pour la plénière comme pour les séances de commissions. C'est pour permettre à Maxime Prévot, qui était à l'étranger, de revenir ?

"Vous faites de l'arithmétique comme tout le monde. A partir du moment où Madame Poltroni (sic, le vrai nom de la députée MR passée à la liste Destexhe est Patricia Potigny) décide de quitter sa formation politique, il n'est plus possible d'avoir la majorité MR-cdH".

Le texte sur les APE peut-il encore changer, peut-il être amendé comme le veut Alain Destexhe ?

"On va prendre le temps de la concertation, comme je vous l'ai dit"

Y a-t-il un lien entre les deux réformes qui doivent encore passer ? Si la réforme des APE, plutôt d'inspiration libérale, passe, il faut que l'assurance autonomie, plutôt d'inspiration sociale, passe aussi ?

"Pour moi, les deux sont de la même inspiration: voir l'intérêt général, et permettre aux personnes âgées, comme en Flandre, de choisir entre des services d'aide à domicile avec un soutien logistique important (et la maison de repos). L'assurance autonomie, c'est 36€ par Wallon et par an. La maison de repos, des nouveaux chiffres sont tombés, c'est 1.700€ par mois"

Il y a donc une chance que ces deux textes passent ? Il reste 2 ou 3 séances au Parlement wallon…

"On verra la concertation. De toute façon on est en fin de législature, on le sait depuis longtemps que les élections ont lieu le 26 mai".

N'est-ce pas vous qui avez précipité les problèmes en faisant sauter le gouvernement PS-cdH à l'époque ?

"Je ne pouvais pas imaginer à l'époque, et vous non plus, qu'une dame, Madame Poltini (sic), qui a fait 168 voix aux dernières élections, allait quitter sa formation politique".

Vos commentaires