En ce moment
 

De Wever prend ses distances avec Francken mais refuse des excuses

Internet

(Belga) Le président de la N-VA, Bart De Wever, a pris ses distances lundi avec les déclarations du secrétaire d'État Theo Francken, mais ne les a pas condamnées et juge qu'elles ne doivent pas donner lieu à des excuses.

"Je ne pense pas que l'on doive présenter des excuses parce que l'on a une opinion, tout le monde peut avoir des opinions sur tout", a expliqué M. De Wever à la VRT. "Mais il s'agit ici de ce que dit le parti. Et ce que dit le parti à propos de l'identité sexuelle des gens, c'est qu'il ne peut y avoir d'obstacle dans une société libre au XXIe siècle". M. Francken a suscité la polémique dimanche après un message publié sur Facebook. "Les hommes qui se maquillent, qui portent de la lingerie, qui portent une sacoche, qui sont enceintes... Le monde tourne-t-il encore rond? Longue vie à l'homme ordinaire qui n'a pas besoin de toutes ces fadaises pour se sentir bien dans sa peau", a-t-il écrit en commentaire d'un article de presse sur la lingerie masculine. Le secrétaire d'État a précisé son message, en expliquant qu'il ne s'opposait en rien à ce type de comportement et qu'il ne voulait nullement offenser la communauté "holebi" dont, dit-il, il défend les droits depuis longtemps. Le tollé ne faiblissant pas, il a finalement retiré son commentaire. Ce retrait n'a toutefois pas suffi à calmer les esprits et, lundi, l'association flamande çavaria a réclamé des excuses de M. Francken. La Maison Holebi du Brabant flamand a exprimé de son côté son indignation, en faisant remarquer que c'est la N-VA qui détenait la compétence de l'égalité des chances au gouvernement. (Belga)

Vos commentaires