En ce moment
 

Débat HOULEUX sur la parité avec Olivier Chastel: "Quand vous ne faites rien pour les femmes, on vous le reproche et sinon vous les stigmatisez!"

COMMUNALES 2018

Olivier Chastel, président du mouvement réformateur, était invité dans l'émission "RTL INFO refait la campagne" ce jeudi soir. Face à lui, Sylvie Lausberg, présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique. Elle dénonce le manque de parité au sein de plusieurs partis politiques, dont le MR. Selon elle, il ne faut pas plaider pour des quotas mais pour une parité en politique.

"L'entrée des femmes en politique s'est faite très tardivement en Belgique. On le voit encore aujourd'hui dans le questionnaire de la Libre portant sur 'Est-ce que vous souhaitez qu'il y ait une parité dans les collèges communaux?'. Il y a 3 partis qui ont répondu 'Non'. Ce sont le parti populaire, le cdH et le MR. Ma question est donc 'Pourquoi le MR ne considère pas que la parité au sein des instances décisionnaires au niveau communale n’est pas une option?", s'interroge Sylvie Lausberg. 

"Sous cette législature, on a fait progresser la présence des femmes dans les collèges. C'était jusqu'ici une femme minimum dans chaque collège. Grâce à un décret voté à l'unanimité, il y aura 3 femmes sur 8", rétorque Olivier Chastel.


"Pourquoi pas un tiers d'hommes?"

Sylvie Lausberg insiste sur le fait que 3/8 ne représente toujours pas la moitié. "Auparavant, le MR se disait contre les quotas. Donc ce que vous proposez, c'est un quota. Vous dites que ce sera un tiers de femmes mais pourquoi idéalement, ça ne serait pas un tiers d'hommes?!", affirme-t-elle. "Les deux seules femmes bourgmestres sont issues du mouvement réformateur !", insiste Olivier Chastel. 

De son côté, la présidente du Conseil des femmes francophones déplore que le mémorandum du MR n'intègre pas de "paragraphe sur les droits spécifiques qu'il faut mettre en place pour les femmes et notamment au niveau communal". Ce à quoi Olivier Chastel s'empresse de répondre: "Nous préconisons l'attention aux genres dans toutes les décisions communales de façon transversale!" 

Les invités se sont ensuite focalisé sur la question de l'accueil de la petite enfance. "Si c'est une avancée d'augmenter le nombre de crèches, c'est aussi considérer les femmes seulement dans leur rôle de mère", déplore Sylvie Lausberg. "Quand vous ne faites rien pour les femmes, on vous le reproche, quand vous faites quelque chose vous les stigmatisez! Voilà le propos de Mme Lausberg", répond Olivier Chastel. Avant d'ajouter: "Nous n'avons pas pour vocation de cantonner les femmes à la maison ou par rapport à une crèche. Nous voulons clairement que les femmes trouvent du travail, que le chômage des femmes diminue. Voilà des actions concrètes par rapport à ce que vous représentez". 

Vos commentaires