En ce moment
 

Décumul des mandats et élections communales fragilisent la majorité au Parlement de wallonie: comment est-ce possible?

COMMUNALES 2018

Après ce scrutin, quel sera l'impact de ces élections communales sur les autres niveaux de pouvoir. Suite aux règles de décumul en vigueur en Wallonie, certains députés wallons préfèrent quitter le parlement pour devenir bourgmestre ou échevin. Mais leur départ risque de déséquilibrer la majorité en place à la région wallonne. Une solution a été trouvée de justesse, comme ont pu s'en rendre compte Sébastien prophète et Pierre Morleghem pour le RTLinfo 13h

Laetitia Brogniez, députée MR, est propulsée échevine à Philippeville. Elle quitte donc le parlement wallon. Mais cela pose problème car personne ne peut la remplacer. Ses suppléants aussi viennent d'être élus et aucun ne peut cumuler. Résultat : si Laetitia Brogniez s'en va, l'alliance MR-CdH vacille. Elle perd un siège et sa courte majorité de 38 sièges sur 75.

"Il faut qu'on puisse poursuivre cette belle dynamique wallonne, et pour ça, il faut une majorité", lance Willy Borsus, ministre-président wallon.

Aujourd'hui, la député-bourgmestre accepte d'abandonner quelques mois son mandat communal. Elle reste au parlement jusqu'aux élections l'année prochaine. Elle sauve ainsi une majorité confrontée aux conséquences du décret décumul.

"C'est une situation que moi-même et mon groupe avions dénoncé dès l'adoption de ce décret parce qu'il n'était pas suffisamment précis, pas suffisamment clair, et qu'il risquait de jeter une difficulté au moment où le choix définitif devrait être fait par les parlementaires", estime Jean-Paul Wahl, chef de groupe MR au parlement de Wallonie.

"C'est d'abord la conséquence directe de cette majorité très très étroite. Ils sont partis avec un seul siège, et ils ne représentent aujourd'hui que 42% des Wallons. Ici, nous avons la démonstration que, manifestement, c'est une minorité qui gouverne la Wallonie", rétorque Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au parlement de Wallonie.

Malgré cet incident, une révision du décret sur le décumul des mandats n'est pour l'instant pas envisagée.

Vos commentaires