En ce moment
 
 

Défi dézingue le PS et sa gratuité des transports en commun: "S’il y a de l’argent à donner, mieux vaut l’investir dans le réseau"

 
 

François Desmet, le président du parti Défi, était l'invité politique de la matinale de Bel RTL ce lundi. Il a commenté la dernière idée lancée par le président du PS Paul Magnette et défendu depuis toujours par le PTB : "Je ne suis pas opposé à une certaine gratuité pour certains, pour les pensionnés, pour les étudiants -on vient de réduire les abonnements STIB à 12€ par an pour les étudiants- mais en soi, c’est quand même assez curieux comme idée parce qu’on sait bien que ce qui rebute les gens à prendre les transports en commun c’est pas tellement le prix du billet. C’est la faiblesse du réseau. Que ce soit à Bruxelles où on n’a toujours pas de RER, où il manque 2-3 lignes de métro ainsi que des lignes de tram. Que ce soit en Wallonie avec un désinvestissement dans les lignes et dans les TEC qui ne sont pas au point. Si on a de l’argent à donner, si on a de l’argent à investir, continuons à investir dans le réseau. Je trouve ça compliqué d’expliquer aux citoyens qu’on a d’une part de l’agent à investir dans des gares complètement pharaoniques, comme à Mons avec d’ailleurs un petit parfum sulfureux parce que la gare a coûté beaucoup plus cher. Qu’on aurait de l’argent de manière à se passer de billetterie. Mais qu’on n’aurait plus d’argent à investir dans les trains eux-mêmes, dans leur confort ?"

Pourtant, Défi a bel et bien rendu les transports en commun quasiment gratuits pour les jeunes à Bruxelles, avec des abonnements à 1€ par mois, ce qui a fait passer leur nombre de 25.000 à 35.000. "Oui, et c’est pour ça que j’ai commencé par dire qu’en soi c’est très bien. Mais on l’a accepté aussi parce que pendant ce temps-là le même gouvernement confirme et développe la ligne de métro 3, des lignes de bus et de tram supplémentaires. Il n’y a pas photo", a-t-il nuancé.

François Desmet estime que le PS perd le contrôle ces dernières semaines avec des déclarations intempestives. "Je crois que le PS est un petit peu nerveux à cause des sondages et de l’haleine chaude du PTB qu’il sent sur ses talons et que depuis 3 semaines il nous fait un festival de propositions ce qui n’aide pas à la sérénité du débat politique, parce que vous avez déjà le PTB et Georges-Louis Bouchez qui faisaient pareil. Donc si le PS commence à perdre ses nerfs ça fait beaucoup."

La sortie de Paul Magnette a jusqu'ici provoqué des réactions critiques, la N-VA, le MR et l'Open Vld soulignant sans attendre le coût de l'introduction d'une gratuité totale.


 




 

Vos commentaires