En ce moment
 
 

Jean-Marc Nollet lance l'idée d'un gouvernement wallon ouvert à la société civile : qu'est-ce que ça veut dire et est-ce crédible?

À l'échelle wallonne, les négociations politiques sont toujours dans une impasse. Raison pour laquelle le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet, suggère une coalition fleurie: une alliance coquelicot entre PS et Ecolo et ... La société civile. Ce gouvernement serait donc minoritaire.

"Face à la gravité et à la complexité" de la situation politique en Wallonie, Ecolo propose d'ouvrir le gouvernement régional à la société civile afin "de construire avec elle ce nouveau contrat écologique, social et démocratique dont la Wallonie a besoin", a expliqué le parti, lundi matin, dans un communiqué.

La volonté du co-président d'Ecolo est de travailler avec une série de ministres indépendants dans une coalition "coquelicot", composée du PS et d'Ecolo. "Concrètement, nous aurions une série de ministres indépendants, issus de la société civile, garants de la réalisation d’une Déclaration de Politique Générale et Sociétale", déclare encore Jean-Marc Nollet.

"J'ai pris pas mal de contacts ces derniers jours dans le très riche vivier associatif wallon et j'en prendrai encore dans les jours qui viennent, y compris auprès d'acteurs plus institués. Comme beaucoup de ces acteurs, nous avons difficile à nous résoudre à considérer que PS et MR soient devenus incontournables, niant à ce point les signaux envoyés par les électeurs", a-t-il enchaîné en plaidant pour une nécessaire réconciliation des citoyens, de la société civile et du monde politique.     


Commissions mixtes, consultations populaires et décrets rédigés par des citoyens

Et Ecolo va même plus loin en proposant d'intégrer la participation citoyenne à travers des commissions mixtes (composée à moitié de parlementaires et à moitié de citoyens), des consultations populaires et même des décrets rédigés et déposés par les citoyens eux-mêmes qui viendraient les défendre au Parlement de Wallonie.     

Et dans cette optique de la politique, Ecolo ne ferme pas la porte aux autre acteurs politiques :  "La complexité de la situation ne peut pas être une excuse pour ne rien faire, tout au contraire. Le CDH pourrait être un acteur central de cette autre manière d’envisager le fonctionnement démocratique en Wallonie. Mais la proposition s'adresse en fait à chaque député individuellement, et collectivement: aux communistes, à Défi (car la logique pourrait être la même en Fédération Wallonie-Bruxelles) et à certains libéraux s'ils sont intéressés", conclut Jean-Marc Nollet.


Est-ce vraiment envisageable ? 

Reste que l'idée de travailler avec un gouvernement minoritaire n'est pas crédible pour le politologue Pierre Verjans. "Lancer l'idée d'un gouvernement alors qu'on n'a pas une majorité parlementaire pour le soutenir, c'est un risque et c'est automatiquement décrédibiliser l'idée même qu'on lance", estime-t-il.

Selon ce spécialiste de la politique, "sans engagement d'un autre parti à soutenir quand même certaines mesures et notamment la confiance au gouvernement et le budget annuel, vous n'avez pas les moyens d'imposer une discipline de parti à ces autres groupes".  

Vos commentaires