En ce moment
 
 

Emir Kir et le PS, c'est fini: le bourgmestre de Saint-Josse a été exclu du parti

La commission de vigilance du PS a rendu sa décision dans la nuit de vendredi à samedi.

Emir Kir est exclu du parti socialiste. La décision est tombée cette nuit. Selon la commission de vigilance du PS Bruxellois, le bourgmestre de Saint-Josse a rompu le cordon sanitaire en recevant des maires turcs d'extrême droite en décembre dernier. Il a un mois pour faire appel de cette décision.

La rencontre à l'origine de l'exclusion d'Emir Kir a eu lieu début décembre. Le bourgmestre de Saint-Josse recevait une délégation dont faisaient partie 2 maires turcs, issus d'un parti nationaliste considéré comme raciste et violent. Choqué par cette visite, un militant socialiste porte plainte auprès des instances du PS bruxellois. Le verdict tombe dans la nuit: Emir Kir est exclu de son parti.

"La Commission juge qu’il y a eu rupture du cordon sanitaire et qu’il y a eu un manquement de vigilance aux conséquences graves de la part de ce mandataire", indique Ahmed Laaouej, président de la Fédération bruxelloise du PS.

Il y a un mois, le président du parti socialiste Paul Magnette avait condamné cette rencontre tout en reconnaissant qu'Emir Kir n'en était pas à l'initiative.

Le bourgmestre de Saint-Josse n'en est pas à sa première controverse. Chaque année, il rend visite au maire nationaliste d'une ville turque. Un homme politique qui aurait des liens avec l'extrême droite. 

Ma déception par rapport au parti est grande.

En 2015, son refus de reconnaître le génocide arménien l'avait mis en difficulté au sein de son parti.

Rappelé à l'ordre par le président du PS, il avait ensuite fait volte-face.

Emir Kir n'a pas répondu à nos demandes d'interview mais dans la soirée il s'est exprimé sur les réseaux sociaux au sujet de son exclusion.

"Ma déception par rapport au parti est grande mais mes idéaux de gauche sont intacts. (…) Mon bilan au niveau local et fédéral plaide pour moi. Il démontre à suffisance mon absence de complaisance vis-à-vis de l’extrême-droite. (…) J'ai à cœur de rétablir les faits et je communiquerai bientôt à ce sujet" , a-t-il précisé. 

Échevin en 2000, secrétaire d'état en 2004, bourgmestre en 2012, Emir Kir est un grand faiseur de voix au PS. Certains le considéraient intouchable. Il a un mois pour faire appel de la décision.

Vos commentaires