En ce moment
 

Et ça continue chez Publifin: l'intercommunale demande une dérogation… pour éviter de limiter les salaires des dirigeants

L'intercommunale liégeoise Publifin est accusée d'avoir rendu un rapport falsifié à la ministre wallonne des Pouvoirs locaux. Une dérogation aurait été ajoutée sans l'accord du conseil d'administration. La ministre Valérie Debue s'en étonne. Le point avec nos journalistes Vincent Jamoulle, Sébastien Prophète et David Muller.

Il y a trois jours, le conseil d'administration de Publifin s'est réuni. Un rapport a été rédigé et transmis à la ministre en charge des Pouvoirs locaux. À la fin de ce rapport figure une annexe demandant une dérogation à l'une des recommandations imposées par la région wallonne: la limitation des salaires des cadres dirigeants. Le plafond serait alors de 245.000 euros bruts par an.


Le management a-t-il du mal à accepter les restrictions?

Premier problème: cette dérogation, il n'en a jamais été question lors du conseil d'administration. "Je me désolidarise complètement de cette demande, qui est un ajout fait par le management, j'imagine", indique pour sa part Marc Hody, administrateur de Publifin étiqueté Ecolo.

Habitué par le passé à des administrateurs silencieux, arrosés de plantureux jetons de présence, le management de Publifin semble avoir du mal à laisser les responsables politiques se mêler de ses affaires.


"Je pense que le groupe Publifin n'a pas saisi la gravité de la situation"

Le deuxième problème, c'est l'existence même de cette demande de dérogation. Passé de 1 million d'euros bruts annuels à 245.000 euros, ça doit être dur à encaisser. "Nous ne pouvons pas accepter la remise en cause de ces recommandations. Je pense que le groupe Publifin n'a pas saisi la gravité de la situation. C'est l'intercommunale par laquelle le scandale est arrivé, et qui est à l'origine d'une révolution éthique qui touche tout le secteur des intercommunales", commente Valérie De Bue (MR), ministre wallonne des Pouvoirs locaux.

"S'ils ne sont pas d'accord avec cette limitation des rémunérations, qu'ils en tirent les conséquences, qu'ils s'en aillent", estime Marc Hody.

Pour le cdH, avec la falsification du rapport, Publifin a encore franchi la ligne rouge. Le parti demande la tenue d'un nouveau conseil d'administration dans les 24 heures.

Vos commentaires