En ce moment
 
 

Finances du gouvernement wallon: "Nous refusons de laisser filer l'endettement", assure Elio Di Rupo

 
 

Un discours sur l'état de la Wallonie prononcé à la veille du début officiel d'un ajustement budgétaire, ça rime forcément avec une attention particulière accordée aux finances régionales que l'on sait malmenées par les crises successives. "Notre devoir est d'être rigoureux à l'égard du budget de notre Région", a ainsi résumé Elio Di Rupo, le ministre-président wallon, selon qui le gouvernement "ne laissera pas filer l'endettement".

"La crise sanitaire et les inondations auront coûté, chacune, plus de 3 milliards d'euros à la Wallonie. Aujourd'hui, d'autres dépenses imprévues viennent grever le budget de la Région tels l'accueil et de l'accompagnement des réfugiés ukrainiens. Nonobstant les malheurs qui nous accablent, notre devoir est d'être rigoureux à l'égard de notre budget", a-t-il martelé.

Le gouvernement entend ainsi respecter la trajectoire budgétaire fixée en début de législature et maintenir la dette à un niveau supportable, avec un objectif de diminution progressive et cumulative du solde brut de minimum 150 millions d'euros par an. "Nous allons entamer l'exercice difficile de l'ajustement budgétaire. L'évolution des paramètres macro-économiques, dans ce contexte d'incertitudes, nous est défavorable de plus de 140 millions. Mais le gouvernement entend assumer ses responsabilités envers nos concitoyens, envers notre jeunesse, envers nos entreprises", a encore assuré M. Di Rupo. "Nous refusons de laisser filer l'endettement; d'hypothéquer la capacité de la Région à déployer ses politiques et à assurer le service public à l'avenir. C'est notre responsabilité vis-à-vis de générations futures", a-t-il conclu.


 

Vos commentaires