En ce moment
 

Les fédérations de CPAS souhaitent une révision du STATUT DE COHABITANT par le gouvernement fédéral

Les fédérations de CPAS souhaitent une révision du STATUT DE COHABITANT par le gouvernement fédéral

C'est une exclusivité de RTLinfo. Les CPAS (Centre public d'action sociale) de tout le pays présentent leurs revendications adressées au futur gouvernement fédéral. Ils souhaitent que les allocations soient calculées en fonction des revenus et non plus en fonction du statut du demandeur... ils estiment notamment que les cohabitants sont pénalisés dans ce cas.

En vue des élections du 26 mai 2019, les fédérations des CPAS des 3 associations de villes et communes du pays présentent aujourd’hui leurs revendications à destination du futur gouvernement fédéral.  Les CPAS wallons, bruxellois et flamands estiment que le statut de cohabitant est pénalisant. Un cohabitant reçoit comme revenu d'insertion 607 euros et un centime, un isolé 910 euros et 52 centimes et une personne qui a une famille à charge 1254 euros et 82 centimes. Les CPAS souhaitent que l'accès aux avantages sociaux dépende du revenu du demandeur et pas de son statut (isolé, cohabitant ou chef de ménage).

Rencontré au CPAS de Schaerbeek, un jeune homme qui perçoit un revenu d'intégration social nous explique sa situation: "Je vis avec ma grand-mère qui est à la retraite. Elle touche 800 euros. On essaye de faire avec, mais les fins du mois sont assez compliquées."  Selon lui, il est normal qu'une personne isolée reçoive 910 euros donc 310 euros plus que lui: "Oui, quand on est à 2, on a besoin de plus que quand on est tout seul."

Dominique Decoux, présidente du CPAS de Schaerbeek estime que la crainte de fraude est infondée: "Frauder massivement le CPAS, c'est très difficile et par ailleurs, je vous dirais que pour un certain nombre de gens qui pourraient à la marge se faire quelques revenus supplémentaires, je parlerais plus dans ce cas-là de fraude de survie puisqu'on voit que les revenus sont en dessous du seuil de pauvreté, que de fraudes avérées pour s'en mettre plein les poches et profiter allègrement du système."

Et dans le reste de la note politique des CPAS...

Les CPAS du pays réclament une stratégie de tous les niveaux de pouvoir (fédéral, régions, communes) pour que d'ici 2024, plus personne en Belgique ne vive sous le seuil de pauvreté européen. Ils demandent une augmentation des allocations sociales les plus basses et des revenus d'intégration. Les CPAS réclament aussi entre autres un financement structurel des CPAS et l'indexation annuelle des fonds d'énergie fédéraux.

Vos commentaires