Explosion à Anvers - Bart De Wever défend les services de la ville, qui n'ont fait "aucune erreur"

(Belga) Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever (N-VA) est revenu lundi lors du conseil communal sur l'explosion qui a détruit plusieurs bâtiments et tué deux personnes le 15 janvier dernier au Paardenmarkt, prenant la défense des services de la Ville. Il a reconnu qu'il y a eu l'année dernière une baisse du nombre de contrôles de bâtiments destinés au logement, en raison d'une ré-organisation du service compétent, mais indique qu'entre-temps un mouvement de reprise a été enclenché. Un contrôle réalisé plus tôt n'aurait par ailleurs pas permis d'éviter la tragédie, affirme-t-il.

Après l'explosion, il est en effet apparu qu'un des bâtiments qui s'est écroulé devait faire l'objet d'un contrôle, un des locataires ayant demandé l'intervention du CPAS. "Le CPAS n'a pas indiqué de 'code PRIO': cela veut dire que ses travailleurs avaient sans doute vu des choses pas très jolies, mais que le bâtiment n'était pas non plus sur le point d'exploser", indique le bourgmestre. "Il n'y a aucune garantie que si un contrôle avait eu lieu plus rapidement, un problème aurait été détecté". Bart De Wever s'est par ailleurs ouvertement posé des questions sur les rumeurs faisant état d'une odeur de gaz qui aurait été détectée le jour du drame, avant l'explosion, sans qu'un tel élément anormal ne soit signalé. "L'accumulation de gaz devait pourtant être énorme: la porte d'entrée d'un des bâtiments a été projetée jusque dans la boulangerie d'en face", observe-t-il. Il a également tenu à souligner que les installations et canalisations de gaz ne sont pas contrôlées par des services de la ville, et que c'est à Eandis que revient la tâche de prévention et de sensibilisation quant aux odeurs de gaz. Des partis de l'opposition réclament qu'une attestation de conformité soit obligatoire pour toutes les personnes qui mettent un logement en location. Une idée taxée de "non réaliste" par le bourgmestre nationaliste, en raison du nombre important de contrôles qui seraient alors nécessaires, et des conséquences que cela aurait pour tous les locataires qui logent actuellement dans des bâtiments de qualité moindre. (Belga)

Vos commentaires