En ce moment
 
 

Formation d'un gouvernement bruxellois: "On aurait pu conclure aujourd'hui"

Les négociations en vue de la formation d'un gouvernement en Région bruxelloise ne seront pas terminées ce lundi, a-t-on appris lundi après-midi au cabinet du ministre-président Rudi Vervoort, un des deux formateurs de la future coalition. Une ultime relecture de l'accord de majorité est encore prévue mardi. "Ce lundi, les six partis négociant l'accord de majorité en Région bruxelloise se sont réunis autour du formateur et ont poursuivi leurs travaux en vue de la conclusion d'un accord de majorité ambitieux pour Bruxelles. La volonté des négociateurs est d'installer le gouvernement bruxellois avant le 21 juillet", a indiqué le cabinet de Rudi Vervoort, dans une communication au nom de l'ensemble des négociateurs bruxellois.

Selon celui-ci, les travaux se poursuivront à cet effet, mardi, "en vue d'une ultime relecture des versions française et néerlandaise du texte de l'accord de majorité, et afin d'opérer les derniers arbitrages. Des groupes techniques se réuniront cet après-midi et ce soir afin de préparer la réunion de ce mardi".


"On aurait pu conclure aujourd'hui"

Selon Laurette Onkelinx, interrogée au micro RTL INFO de Loïc Parmentier, il n'y a en tout cas pas de "blocage": "On aurait pu conclure aujourd'hui, on conclura demain, un délai de 24h c'est pas la mer à boire, ce qui compte, c'est que les 6 formations politiques, ensemble, on fait un communiqué pour dire que les congrès de participation, c'est pour mercredi, ce qui montre bien qu'on est toujours bien solidaire entre les 6 formations". La présidente de la Fédération bruxelloise du PS estime qu'aucun point particulier ne pose problème: "On peaufine un petit peu, c'est normal dans toute négociation".


"Nous voulons toujours avoir un gouvernement pour le 21 juillet"

Les négociateurs bruxellois ont donc également tenu à préciser que les congrès de participation seront convoqués "mercredi, au plus tard". "Tous les partenaires autour de la table sont confiants de pouvoir aboutir dans les meilleurs délais pour présenter ce projet d'avenir pour la Région bruxelloise", ont conclu les négociateurs dans leur communication diffusée via le cabinet Vervoort.

Interrogée à sa sortie du parlement, Elke Van den Brandt (Groen), formateur au nom de l'aile néerlandophone de l'échiquier politique bruxellois, n'a pas manifesté de signe d'inquiétude particulier. "Nous travaillons bien. Tout le monde veut que nous ayons un bon accord. Nous voulons toujours avoir un gouvernement pour le 21 juillet", a-t-elle commenté.

Au parlement bruxellois, il semble que les négociateurs francophones se soient réunis autour de la note de formation pour la Commission Communautaire française.

Vos commentaires