En ce moment
 
 

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont les nouveaux informateurs: il y a un GROS avantage pour le Roi

  • Formation fédérale: l''éclairage d''Antonio Solimando

  • Les 2 nouveaux informateurs ont donné une conférence de presse

 
 

Les présidents du MR et du CD&V sont les nouveaux informateurs royaux, ils prennent donc la relève de Paul Magnette. Ils devront rendre un nouveau rapport le 20 décembre prochain et représentent un gros avantage pour le roi: deux options d'alliance sont encore possibles.

Le roi les a nommés informateurs mardi soir: Georges-Louis Bouchez, président du MR, 33 ans. Joachim Coens, président du CD&V, 53 ans. Après Paul Magnette, ils sont chargés à leur tour de dégager des pistes en vue d'un gouvernement fédéral. Le souverain a donc choisi un duo, un libéral francophone et un chrétien démocrate flamand. Deux partis qui s'étaient montrés critiques vis-à-vis du travail de Paul Magnette. Le Roi les a pris au mot.

MR et Open Vld voulaient plus d'accents libéraux dans la note de Paul Magnette, Georges-Louis Bouchez aura donc le loisir d'essayer de teinter de bleu, les priorités d'un futur gouvernement.

Quant au CD&V, il reprochait à Paul Magnette d'écarter peu à peu la N-VA du jeu. A eux de voir si les nationalistes sont vraiment prêts à monter dans un gouvernement, et à quel prix.

La même logique avait conduit le Roi à choisir Paul Magnette comme informateur. Quand le socialiste estimait que la formule de coalition arc-en-ciel n'avait pas été suffisamment explorée.

Un GROS avantage pour le Roi

En tout cas, la nomination de Bouchez et Coens a un GROS avantage, pour le Roi. Elle continue de faire vivre les deux possibilités de coalitions possibles pour un futur gouvernement.

L'arc-en-ciel, c'est à dire les familles, socialistes, libérales, écologistes et centristes, ensemble, sans la N-VA.

Mais aussi une formule de gouvernement entre la N-VA, les libéraux, les socialistes et le CD&V. Georges-Louis Bouchez est probablement l'une des personnalités du MR qui est le plus compatible, avec les nationalistes flamands. Et le CD&V n'a cessé de ramener le parti de Bart de Wever dans le jeu, depuis les élections.

Bart de Wever lui-même, ne s'y est pas trompé. Sur les réseaux sociaux, mardi soir, il a salué la nomination des deux informateurs. En croisant les doigts pour que l'idée d'un gouvernement fédéral sans lui, sans la N-VA, soit définitivement écartée...

"Le train partira"

Ce duo prend donc la succession du président du PS Paul Magnette qui avait demandé lundi au souverain d'être déchargé de sa mission d'information, entamée un peu plus d'un mois auparavant. Les deux nouveaux formateurs ont indiqué mardi soir vouloir explorer "toutes les pistes" pour une nouvelle coalition.

"Bien sûr qu’on va trouver une solution, c’est certain", a indiqué Georges-Louis Bouchez à sa sortie du Palais. "On a un devoir par rapport à notre pays. Cet élément est bien présent dans la tête de chacun. (…) Si c’était simple, on ne serait pas là après 8 mois. Ce n’est pas parce que c’est compliqué que c’est impossible."

Volte-face du CD&V

En portant son choix sur MM. Bouchez et Coens, le souverain semble faire le choix de la jeunesse et du renouveau. M. Bouchez est à la tête du MR depuis le 29 novembre seulement. Son homologue Joachim Coens a lui été élu vendredi dernier à peine à la présidence des chrétiens-démocrates flamands. Fait notable, alors que certains spéculaient sur une possible désignation du président de la N-VA Bart De Wever, c'est finalement le président du CD&V qui est chargé de cette mission royale. Ce dernier n'était vraiment pas demandeur de tant d'honneurs.

Interrogé lundi matin sur les ondes de la VRT-radio, Joachim Coens avait indiqué ne souhaiter nullement monter en première ligne, et succéder à Paul Magnette. La question de savoir "si un (responsable) CD&V doit être envoyé sur le terrain n'est pas à l'ordre du jour", avait commenté M. Coens pas plus tard qu'hier. "La question est (de savoir) si le train des six (partis d'un arc-en-ciel) partira ou non. S'ils ont ensemble une majorité, c'est à eux de juger si elle est suffisante", avait ajouté le président des sociaux-chrétiens flamands.

Chapitre IV

Ce nouveau casting royal est le quatrième depuis le 26 mai dernier. Au lendemain du scrutin, le Roi avait chargé un tandem de vétérans politiques, composé de Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), d'une première mission royale. Ceux-ci furent (brièvement) suivis par un autre duo d'anciens, à savoir les anciens présidents régionaux Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS).

Ceux-ci avaient cédé la main début novembre à Paul Magnette pour une mission d'information qui s'est achevée cette semaine. Dans un communiqué suivant l'annonce de la désignation de MM. Bouchez et Coens, le PS assurait mardi soir qu'il continuerait à "se montrer constructif pour trouver des solutions aux problèmes du pays", souhaitant "du succès" aux deux nouveaux informateurs royaux. 

 

Vos commentaires