En ce moment
 
 

Formation fédérale: le ministre Pierre-Yves Dermagne croit-il toujours aux liens qui unissent les Socialistes?

Les présidents des trois partis composant le gouvernement fédéral actuel - ceux du MR, du CD&V et de l'Open Vld, Georges-Louis Bouchez, Joachim Coens et Egbert Lachaert - ont réclamé lundi un "positionnement clair" aux partenaires potentiels d'un futur gouvernement majoritaire, en s'adressant, sans le nommer, au sp.a.

"Depuis quelques jours, le lancement d'une négociation pour la constitution d'un gouvernement majoritaire semble possible. En effet, six partis au moins n'ont émis aucun veto les uns vis à vis des autres. Néanmoins, ces dernières heures des signaux contradictoires ont été adressés par au moins une formation politique. A cet égard, il est demandé un positionnement clair aux partenaires potentiels. Ceci nous permettra d'engager une réunion plénière avec les partis concernés afin de constituer, sur la base d'une note de fond, un gouvernement fédéral", indiquent-ils dans un communiqué commun.

Au micro de Fabrice Grosfilley ce mercredi matin, Pierre-Yves Dermagne, ministre wallon du Logement, des pouvoirs locaux, est revenu sur l'avancée des négociations fédérales.

FG: - Etes-vous certain de la solidité de la famille socialiste, entre Francophones et Néerlandophones? Tous ensemble, tous ensemble ou vous commencez à être inquiet? 

P-YD: Je suis certain des liens forts qui nous unissent. On l'a encore rappelé ce week-end. Je ne vais pas me prononcer par rapport à Conner Rousseau. Par contre, je suis assez étonné de la stratégie des rescapés de la Suédoise. Je pensais que lorsqu'on essaye de construire un gouvernement, on essaye de rassembler plutôt que de diviser. J'ai quand même l'impression qu'on essaie de diviser la première famille politique du pays: les Socialistes. Et je ne pense pas que ça va marcher. 

Vos commentaires