En ce moment
 
 

Formation fédérale: tous les négociateurs d'une 'jaune-pourpre' ou d'un 'arc-en-ciel' ont défilé au Palais

C'est avec l'audience des co-présidents d'Ecolo Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet que le roi Philippe a bouclé mardi après-midi un premier tour de consultations consécutif à la demande des pré-formateurs Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS) d'être déchargés de leur mission. Le roi les a démis de leur fonction en début de soirée. 

> L'analyse d'Antonio Somilando: "Se passer de la N-VA? Peut-être la solution que le Roi va tenter"

Le Roi a ainsi rencontré tous les négociateurs des partis qui pourraient former une coalition "jaune-pourpre", associant la N-VA aux socialistes et libéraux, ou "arc-en-ciel", associant socialistes, libéraux et écologistes, éventuellement complétés par les chrétiens-démocrates flamands. La plupart du temps, ces négociateurs étaient les présidents de parti eux-mêmes: Paul Magnette (PS), Bart De Wever (N-VA), Gwendolyn Rutten (Open Vld), John Crombez (sp.a), Meyrem Almaci (Groen) et le duo Maouane-Nollet (Ecolo).

Deux partis dans lesquels se jouent une élection présidentielle étaient représentés par leur chef(fe) de file au gouvernement fédéral d'affaires courantes, au titre de "négociateurs fédéraux": le MR, avec la Première ministre Sophie Wilmès, et le CD&V, avec le vice-Premier ministre Koen Geens. Les Verts, écartés au cours de la mission Vande Lanotte-Reynders à la suite du refus d'Ecolo de s'asseoir à la même table que la N-VA, ont donc été associés aux consultations royales. Ils avaient été reçus par MM. Demotte et Bourgeois. La suite des opérations n'est pas claire. Relancer la piste d'une coalition jaune-pourpre associant le PS et la N-VA pourrait paraître compromis au vu des déclarations récentes des chefs de file de ces deux partis. Une majorité arc-en-ciel, éventuellement élargie au CD&V, pourrait constituer une nouvelle piste, mais elle est actuellement écartée par l'Open Vld et le CD&;V.

Vos commentaires