Grand Baromètre: la politique de Theo Francken ne convainc pas les francophones, même s'il grimpe dans les sondages

Suite de notre Grand Baromètre RTL-Ipsos-Le Soir. Nous avons demandé l’avis des Belges sur plusieurs sujets d’actualité.

Premièrement: la politique d'asile. L’action de Theo Francken ne convainc pas totalement la majorité des francophones. Ils sont 70% des Flamands à le trouver bon secrétaire d’Etat à l’Asile, mais seulement 41% des Bruxellois et 44% des Wallons. Cela dit, la part de francophones séduits par Theo Francken a augmenté, depuis sa nomination au sein du gouvernement.

Sur sa politique, qu’il qualifie de "ferme, mais humaine", les francophones n’approuvent pas totalement : ils ne lui attribuent pas la moyenne, sous les 5/10, en matière d’humanité.

Le renvoi des soudanais dans leur pays d’origine, divise là aussi des deux côtés de la frontière linguistique : la Flandre favorable à 67%. Seul un Wallon sur 2 y est favorable, et un Bruxellois sur trois.

Les 2/3 des Belges disent comprendre et soutenir les personnes qui hébergent des sans-papiers chez eux. Les plus compréhensifs étant les Bruxellois (74%). Devant les Flamands (68%), et les Wallons (59%).


Pour des peines incompressibles et un service citoyen ou militaire obligatoire

Sur les questions de société, les Belges ont un avis bien tranché:

Oui, il faut des peines incompressibles (79%)

Non, le fait que des personnes puissent changer de genre par simple déclaration administrative ne pose pas de problème (79%)

Oui, il faut rétablir un service citoyen ou militaire obligatoire (65%, surtout parmi les classes plus âgées de la population)

Oui, les Bruxellois se sentent en sécurité dans leur Région (69%)


La N-VA dans un gouvernement bruxellois? Pas un bonne idée

Sur la politique, la N-VA doit-elle faire partie d’un gouvernement à Bruxelles? Les Belges sont partagés. Près d’un Flamand sur deux (46%) soutient l’idée. Mais seul un quart des francophones y est favorable (24% des Bruxellois, 23% des Wallons).


2496 répondants (548 à Bruxelles, 983 en Wallonie et 965 en Flandre), échantillon représentatif parmi les Belges de 18 ans et plus. Enquête menée du 27 février au 6 mars. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d'erreur maximale, pour un pourcentage de 50% et un taux de confiance de 95% est de 3,1% en Wallonie, 3,1% en Flandre, 4,2% à Bruxelles.

Vos commentaires