En ce moment
 
 

Grand Baromètre: un tiers de la population ignore en quoi consiste le confédéralisme voulu par la N-VA

Grand Baromètre: un tiers de la population ignore en quoi consiste le confédéralisme voulu par la N-VA

Suite de notre Grand Baromètre RTL ipsos Le Soir: il montre que 70% des Belges savent pour quel parti ils voteront.

Une très grande majorité de Belges savent déjà quel bulletin ils glisseront dans l'urne lors des élections fédérales, régionales et européennes.  C'est la suite de notre Grand Baromètre RTL Ipsos Le Soir. Les Wallons sont, ceci dit, un peu plus hésitants que les Flamands. Deux Wallons sur trois savent déjà pour quel parti voter en mai contre 3 électeurs sur 4 déjà fixés au Nord du pays. Ce qui est moins clair, pour les électeurs, c'est l'avenir institutionnel de notre pays et particulièrement le concept de confédéralisme défendu par la N-VA. Un tiers de la population, toutes régions confondues, ignore tout simplement en quoi ça consiste. (38% en Flandre, 36% en Wallonie et 31% à Bruxelles). Un tiers des Flamands est favorable à cette sorte de demi-séparation de la Belgique et seulement un wallon sur 6.

Les Belges et l'écologie variable

Autre enseignement de ce Grand Baromètre, il concerne le climat: les éoliennes et la chasse au gaspillage ont les faveurs des Belges. La réduction de la consommation d'eau, de papier, moins gaspiller de nourriture, ça fait en effet partie des petits gestes que le Belge est prêt à faire ou qu'il fait déjà en faveur de la planète. La mesure la moins populaire, ce serait de renoncer à prendre l'avion pour partir en vacances. Par ailleurs, 40% des Belges aimeraient installer des panneaux solaires ou acheter une voiture électrique mais ils estiment de ne pas en avoir les moyens. Voilà pour les petites habitudes. Sur les mesures plus conséquentes, pour atteindre nos objectifs climatiques, le Belge accepterait l'installation d'éoliennes près de chez lui. Mais pas de majorité pour soutenir l'installation de nouveaux réacteurs nucléaires, des taxes supplémentaires sur l'énergie ou les carburants, ni l'interdiction des voitures diesel et essence.

Rappel: cette enquête a été menée en ligne auprès de 2550 répondants du 5 au 11 février 2019. La marge d'erreur est de 3,1% en Wallonie et en Flandre et de 4,1% à Bruxelles.

Vos commentaires