Jean-Luc Crucke l'annonce en direct: sa commune quittera la zone de police des Collines après les élections

48h bourgmestres

Personne n'a jamais tenté l'expérience: une villa, trois journalistes, 281 communes, 48 heures. Pendant deux jours, sans interruption, trois de nos journalistes interrogent les dirigeants des communes de Wallonie et Bruxelles. Ce mardi matin, Jean-Luc Crucke, bourgmestre empêché de Frasnes-lez-Anvaing, a été interrogé par Pascal Vrebos.

Le bourgmestre empêché de l'ancienne cité sucrière de Frasnes-lez-Anvaing dirige sa commune depuis 1997. Le parti de Jean-Luc Crucke, le Mouvement réformateur, y dispose de 13 sièges sur 21. Depuis 2017, l'élu est empêché suite à sa nomination au poste de ministre du Budget et des Finances du gouvernement wallon.

L'une des critiques souvent formulées concerne l'état de l'hôtel de police local. En répondant à ces critiques, le libéral a annoncé que sa commune quitterait la zone de police des Collines après les élections. Les différences d'opinions pour gérer la zone sont visiblement trop fortes avec Pascal De Handschutter, le bourgmestre socialiste de Lessines et président de la zone de police.

Pascal Vrebos: L'état du bâtiment policier est jugé, je cite, à la limite de l'insalubrité par les syndicats. On ne peut rien faire?

Jean-Luc Crucke: Jusqu'à présent, moi, je n'ai jamais vu un document de l'administration wallonne nous disant que ce bâtiment est insalubre. Ceci dit, reconnaissons tout de même que son air n'est pas des plus agréables et qu'il pourrait être totalement rénové. C'est la zone de police! Et l'inconvénient de Frasnes-lez-Anvaing dans cette zone de police, c'est qu'elle est totalement minoritaire, puisque la ville de Lessines à elle seule est majoritaire. D'ailleurs, clairement, j'ai annoncé que la première chose que nous ferons après les élections, c'est de confirmer notre départ de cette zone de police. Car je crois qu'il n'y a rien de commun en termes de délinquance entre Lessines et Franses-lez-Anvaing.

Pascal Vrebos: Donc vous partez et vous allez vous débrouiller tout seul?

Jean-Luc Crucke: Tout seul, non! Il y a d'autres zones de police aux alentours. Et si j'ai bon écho, je crois que l'une ou l'autre sont prêtes à nous accueillir. Vous savez, moi je préfère une séparation en bonne entente et en intelligence. Mais je crois qu'on n'a plus rien à faire avec cette zone de Lessines, en tout cas avec le bourgmestre qui est pour l'instant tel qu'il la gère.

>REVOIR L’INTERVIEW DE CHAQUE BOURGMESTRE

Vos commentaires