En ce moment
 

L'action du gouvernement fédéral justifie la raison d'être des socialistes

(Belga) Le ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt, a attaqué mardi à l'occasion du 1er mai socialiste à Liège l'action du gouvernement fédéral, jugeant que son bilan justifiait la raison d'être des socialistes.

Devant un petit millier de militants réunis au parc d'Avroy, M. Marcourt a dénoncé pêle-mêle les écarts croissants de salaires entre patrons et travailleurs en Belgique, la dualisation de la médecine ainsi que la dérégulation, la flexibilisation du travail et la multiplication des temps partiels. "Charles Michel a raison de répéter +job, job, job+. Il en faut bien trois pour faire un salaire! ", a-t-il notamment raillé. Dans son discours, le Liégeois a aussi dénoncé le controversé projet du fédéral sur les visites domiciliaires, le manque de moyens financiers accordés à la Justice ou encore la réforme programmée des pensions par le gouvernement Michel. "C'est précisément parce que leur monde d'exclusion et d'égoïsme, de prébendes et de lucre, n'est pas le nôtre que plus que jamais nous devons être fiers d'être socialistes et rappeler inlassablement que nous sommes LE moteur du progrès si l'on définit celui-ci comme étant la transformation de la société dans un sens positif, pour tous les citoyens", a-t-il défendu. Dans son intervention, Jean-Pierre Hupken, président de la fédération liégeoise du PS, s'est lui opposé à tout démantèlement et privatisation de Publifin, au coeur de la tourmente ces derniers mois. Pointant lui aussi les mesures du gouvernement Michel, il a estimé que le modèle social en vigueur en Belgique était aujourdhui "attaqué comme jamais" auparavant. "Certains rêvent de lui substituer la loi de la jungle, la lutte de tous contre tous. Mais les socialistes sont là, prêts et debouts! ", a-t-il assuré à la veille d'une double séquence électorale. Francis Gomez, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme, n'a pas non plus épargné le gouvernement Michel, appelant à chasser ce "gouvernement de malheur" lors du prochain scrutin fédéral. "Ils ont été jusqu'à l'os. S'ils sont encore là demain, ils nous boufferont la moelle! ", a-t-il prédit. Régulièrement attaqué par le Premier ministre, la FGTB liégeoise s'est défendue d'être noyautée par le PTB ou instrumentalisée par le PS. "La FGTB sera toujours aux côtés des travailleurs. Nous ne serons jamais à la solde du patronat, comme l'est Charles Michel, qui est le larbin de Bart De Wever et de son camarade fasciste Francken! ", a conclu M. Gomez. (Belga)

Vos commentaires