En ce moment
 

L'opposition laïque demandera le vote sur la dépénalisation de l'avortement mercredi

(Belga) Le PS, DéFI, Ecolo-Groen, le sp.a et le PTB se sont accordés sur un amendement commun sur la dépénalisation et le renforcement du droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) dont ils demanderont le vote demain/mercredi en commission de la Justice de la Chambre.

Le texte prévoit de supprimer en tant que tel le chapitre du Code pénal consacré à l'IVG, qui considère un tel acte comme un crime contre l'ordre des familles et la morale publique. Serait également supprimée la référence à l'état de détresse de la femme, condition sine qua non du droit à l'avortement. Le délai de réflexion, jugé culpabilisant et pouvant constituer un frein au respect du délai maximal pour avorter, passerait de 6 jours à 48 heures; il serait réduit à néant en cas d'extrême urgence. Le délai pour avorter, plafonné aujourd'hui à 12 semaines de grossesse, évoluerait à 18 semaines. Des centres de référence seraient créés pour les IVG tardives, qui nécessitent d'autres techniques. L'interruption volontaire de grossesse ferait l'objet d'une législation ad hoc, complétée par la loi relative aux droits du patient et celle sur l'exercice des professions de la santé. La sanction de l'avortement forcé resterait inscrite au Code pénal. En cas de non respect des nouvelles conditions prévues, le médecin encourrait des sanctions. Il ne serait en revanche plus prévu de sanctionner les femmes. Après deux ans d'attente depuis le dépôt des premières propositions de loi - on en compte sept aujourd'hui - et trois séances d'auditions, les députés ont pu constater ces dernières semaines l'émergence d'un consensus parmi les experts sur la nécessité de dépénaliser complètement l'IVG. Ils auront également pu enregistrer l'appel de la majorité de ces experts pour l'élargissement des conditions d'accès à l'avortement. Les auteurs des propositions de loi scrutent à présent la réaction de leurs collègues libéraux, historiquement enclins à voter ce type de textes. L'Open Vld a d'ailleurs déposé une proposition de loi soutenant le même objectif. Au sein de la majorité, le CD&V et la N-VA n'y sont, eux, pas favorables. Les questions éthiques sont généralement laissées à la libre appréciation du parlement. Elles crispent cependant les partenaires de majorité. Une nouvelle concertation associant la majorité et des membres du gouvernement avait lieu mardi. (Belga)

Vos commentaires