En ce moment
 

L'ULB et l'école des arts visuels de La Cambre lancent un certificat en genre et sexualité

(Belga) L'Université libre de Bruxelles (ULB) et l'école nationale supérieure des arts visuels (ENSAV) de La Cambre proposent à partir de novembre un certificat universitaire en "genre et sexualité", annoncent-elles lundi. Le but pour les étudiants sera de mieux appréhender le concept de genre, "un outil majeur pour décrypter et expliquer la vie en société".

"Harcèlement, sexisme, inégalités salariales, antiféminisme, violences conjugales, viols, homophobie, transphobie, stéréotypes de genre, avortement, éducation à la sexualité... sont des enjeux cruciaux de nos démocraties", traversés par les questions de genre et de sexualité, rappellent les deux institutions dans leur communiqué. Pour mieux appréhender le genre, en tant que concept et grille d'analyse de la société, l'ULB et l'ENSAV La Cambre proposent un certificat dans lequel les étudiants apprendront à le définir et à le décliner dans diverses disciplines et thématiques. A l'issue de la formation, ils "ne verront plus la société de la même manière et deviendront des acteurs du changement", avance l'ULB. Cette formation continue se constitue de 64 heures de cours, réparties de novembre à juin prochain. Un master de spécialisation en études de genre est déjà proposé depuis l'an dernier par les six universités francophones du pays - Liège (ULiège), Namur (UNamur), Mons (UMons), Louvain-la-Neuve (UCLouvain) et Bruxelles (ULB et Saint-Louis). Celui-ci s'adresse toutefois à des personnes déjà détentrices d'un master tandis que le certificat est davantage ouvert aux personnes agissant sur le terrain telles que les "travailleurs psycho-sociaux, éducatrices, travailleurs associatifs, syndicats, enseignants, formatrices, animateurs..." Le certificat permet par ailleurs de faire intervenir des personnes issues du terrain alors que les cours de master ne peuvent être enseignés que par un professeur d'université, explique Valérie Piette, professeur à l'ULB qui intervient dans le certificat. "Il n'y a pas de concurrence, ce sont deux choses tout à fait différentes qui ne se destinent pas aux mêmes personnes", conclut-elle. (Belga)

Vos commentaires