En ce moment
 
 

La gratuité des bus n'est pas envisagée à Liège

(Belga) L'instauration de la gratuité sur le réseau de bus du TEC Liège-Verviers n'est pas envisagée à Liège. Une tarification modulée sur base de catégories d'âge, des distances parcourues et des revenus est davantage privilégiée, a précisé lundi soir Gilles Foret, échevin de la Mobilité en Cité ardente.

Au conseil communal de Liège, lundi soir, le PTB a interrogé le collège communal quant à ses intentions au niveau du réseau de bus du TEC Liège-Verviers, alors que la ville de Liège a approuvé le Plan urbain de Mobilité (PUM) qui envisage diverses mesures à mettre en oeuvre d'ici 2030 en vue d'améliorer la mobilité dans l'agglomération liégeoise. Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB, souhaitait savoir si la ville de Liège envisage d'emboîter le pas à la ville de Bruxelles en commandant une étude sur la gratuité des bus sur le réseau du TEC Liège-Verviers. "Les premiers résultats de l'expérience de Dunkerque confortent notre revendication. Les chiffres indiquent une augmentation de la fréquentation de 150% durant le week-end et de 50 à 60% en semaine. En Belgique, aussi, ça bouge puisqu'à Bruxelles un ministre cdH et le vice-président PS de la STIB demandent désormais de mettre à l'étude la gratuité du réseau de trams et de bus. Enfin, le Grand Duché du Luxembourg a dépassé le stade de l'étude et envisage l'instauration de la gratuité des transports en commun d'ici un an. Ces expériences s'ajoutent à la désormais longue liste de villes à pratiquer la gratuité", a souligné Sophie Lecron. L'échevin liégeois de la Mobilité a d'emblée répondu que la gratuité des bus du TEC n'est pas la meilleure option pour diverses raisons, à commencer par le coût que cela représenterait, soit 12 millions d'euros par an. "Il ressort d'expériences menées ailleurs que la gratuité a démontré son inefficacité. Le nombre de non-automobilistes a surtout évolué dans le but de se passer des modes doux. Cela n'a pas davantage encouragé à délaisser la voiture", a-t-il précisé. Sur les 24 villes et communes que compte l'arrondissement de Liège, 23 ont approuvé le PUM. Seule la commune de Grâce-Hollogne ne l'a pas approuvé vu qu'elle ne dispose toujours pas de majorité. (Belga)

Vos commentaires