En ce moment
 

La Ligue des familles pousse les communes à faire plus pour arriver à la gratuité scolaire

(Belga) A dix jours de la rentrée scolaire, et à un mois et demi des élections locales, la Ligue des familles appelle mercredi les communes de Wallonie et de Bruxelles à en faire davantage en matière de gratuité scolaire, l'un de ses principaux chevaux de bataille.

Selon une étude menée par l'association en 2016, une année scolaire coûte en moyenne 280 euros par an et par enfant dans le maternel. Dans le primaire, la note grimpe à 1.225 euros, et même à 1.550 euros dans le secondaire. Dans l'enseignement technique et professionnel, la facture se chiffre facilement à 2.300 euros par an... "Bien qu'inscrite dans la Constitution, la gratuité scolaire est toujours un mythe en Fédération Wallonie-Bruxelles, alors qu'elle est beaucoup plus en avance en Flandre", pointe Delphine Chabbert, secrétaire politique de la Ligue des familles. Or, pour les familles modestes, ces coûts sont souvent difficiles à assumer, ce qui peut entraîner une forme de stigmatisation de certains enfants dans les classes. "Le problème est bien connu, mais la réponse politique de la Fédération Wallonie-Bruxelles est encore trop faible. Le Pacte pour un enseignement d'excellence prévoit une gratuité graduelle, en commençant par le maternel. Mais les premières mesures qui étaient prévues pour cette rentrée ont été post-posées d'un an...", peste Delphine Chabbert. Si la Fédération fait défaut, heureusement, certaines communes wallonnes et bruxelloises ont adopté différentes mesures (fournitures scolaires offertes, garderies gratuites, soupe du midi ou collation offerte, etc.) pour réduire la facture des parents, salue la Ligue des familles qui incite toutes les autres communes à suivre leur exemple. "Tout cela a un coût bien sûr", poursuit Delphine Chabbert. "Mais c'est le résultat d'un choix politique. Ces communes ont décidé d'aller plus loin, et montrent dès lors que c'est possible! On sait que notre enseignement figure parmi les plus inégalitaires au monde. Investir dans l'école et dans la gratuité, c'est un projet de société et le moyen de lutter contre ces inégalités", défend la Ligue. (Belga)

Vos commentaires