En ce moment
 

La mobilité au cœur des préoccupations des communes: "Le matin, à l'école c'est toujours le parcours du combattant" (vidéo)

COMMUNALES 2018

Toujours en perspective des élections communales, nous nous penchons ce soir sur les préoccupations des citoyens concernant la mobilité:  embouteillages, circulation aux abords des écoles, les parkings, limitations d’accès aux véhicules polluants, cela concerne les habitants de toutes les communes.

Le problème est le même dans un très grand nombre de communes: des embouteillages un lundi matin et de quoi démarrer la semaine en beauté. Ce jour-là, à Mons, pour les besoins d'un reportage, nous mettrons 14 minutes pour effectuer 750 mètres à peine.

"C'est l'enfer, c'est la guerre tous les matins", témoigne un automobiliste, coincé dans les embouteillages. "Que peut faire une commune pour éviter cela?", lui demande notre journaliste. "Je ne sais pas. Chacun son métier", nous répond-il sèchement. 

L'accès aux écoles

Autre point récurrent dans les différentes communes: le manque de place pour stationner son véhicule devant les écoles, et les accès saturés qui ne permettent pas de déposer les enfants à l'école sereinement. "Oui, tous les matins, c'est le parcours du combattant. Il faut trouver vite une place et se dépêcher", témoigne un papa qui dépose à la hâte ses enfants. 

Concrètement, à Mons, plusieurs aménagements ont déjà été mis en place pour tenter de solutionner les problèmes. De nouvelles sorties sur le ring ont été créées. Ce n'était pas suffisant, semble-t-il pour l'opposition qui propose d'autres alternatives pour lutter contre les embouteillages ...

Charlotte De Jaer, conseillère communale ECOLO à Mons développe celles-ci: "Je crois que la première chose, c'est de remettre des navettes gratuites en place depuis des parkings de délestage, pour que les enfants puissent venir en bus. Mais aussi, que l'ensemble des bus du "grand" Mons, fasse le tour de la ceinture pour être déposé au plus près. Il faut aussi des aménagements piétons et cyclables. Ici, les aménagements cyclables sont peu sécurisés, ce qui n'encourage pas les parents à venir à vélo avec leurs enfants."

Le parking dans les villes

Autre problème dans nos villes: le parking. Bien souvent, les centres commerciaux à l'extérieur jouent sur ce point sensible pour attirer les foules. À Mons, des zones de stationnement gratuit pour 30 minutes ont été créées. Dans les cartons, il y a bien des projets de parkings souterrains: 800 places sont prévues au total, mais ce projet sera réalisé d'ici, quelques années seulement. Alors une question subsiste sur le bout des lèvres: quelle est la solution actuelle pour les parkings?

Pour l'échevin de la Mobilité de la ville de Mons, Marc Darville, les priorités d'un plan de mobilité doivent se centraliser autour de deux secteurs: celui des usagers faibles et le stationnement en centre-ville.  "Peut-être faut-il penser d'avantage aux piétons et aux vélos, mais il faut aussi donner la possibilité de stationner en centre-ville comme on le fait dans d'autres villes près de chez nous, à Lille", développe-t-il.

Chaque année près de 500.000 véhicules neufs sont vendus, venant compléter un parc en croissance constante. Pour gérer les vitesses et la pollution, les communes ont le droit d'installer des zones 30 km/h. Une réflexion, clairement aura lieu aussi sur les interdictions de circulation de véhicules Diesel plus polluants dans les centres-villes.

Est-ce la volonté dans toutes les villes wallonnes ?

Silvana Russo, directrice du service mobilité de la Louvière: "L'objectif, c'est d'améliorer la qualité de l'air et donc de réduire les émissions de particules fines, de NOX et donc d'améliorer la santé des citoyens, mais je dirais que ce sont des mesures qui sont difficiles à prendre au niveau d'une commune. Pour moi, elles doivent être décidées au niveau de la région wallonne."

Dans les programmes politiques, la lutte contre les embouteillages figure à chaque fois dans les priorités. Reste à voir qui pourra tenter d'appliquer ces solutions.

Vos commentaires