En ce moment
 
 

La N-VA prend acte que le PS ne veut pas d'elle: "Le PS veut un gouvernement arc-en-ciel, qu'il prenne ses responsabilités et essaie" (vidéo)

Les désaccords entre le PS et la N-VA ont eu raison de la bonne volonté des préformateurs. Rudy Demotte et Geert Bourgeois ont demandé lundi à être déchargés de leur mission. Le Roi garde sa décision en délibéré. Il consulte. Hier, le souverain a reçu Paul Magnette, le président du PS et Bart De Wever, président de la N-VA. À sa sortie du Palais, Paul Magnette n'a pas mâché ses mots au micro de RTL INFO. Nous sommes dans l'impasse, a-t-il notamment déclaré. Sur ce point au moint, les nationalistes flamands sont d'accord avec les socialistes. Cieltje Van Achter, vice-présidente de la N-VA et députée au parlement bruxellois et belle-fille de... Geert Bourgeois, le préformateur N-VA s'est exprimée ce matin sur Bel RTL: "Nous restons ouvert au dialogue mais concrètement, ce qu'on a entendu hier de Magnette est que la N-VA doit jeter son programme à la poubelle et exécuter le programme du PS. Et cela en envoyant la facture en Flandre, parce que le PS veut des dépenses sociales plus élevées, revenir sur les réformes socio-économiques nécessaires qui ont été faites. Cela entraînera des impôts supplémentaires et nuira à notre économie. C'est ce que nous ne voulons pas. Il faut voir les choses en face. Le PS veut un gouvernement arc-en-ciel. Qu'il prenne ses responsabilités et essaie."

"Nous avons mis toutes les réformes sur la table (économique, sécuritaire, institutionnelle). Nos points de vue socio-économique sont divergents (...) On constate que le fossé est trop large (...)", a-t-elle encore dit.

"Si vous voulez des dépenses sociales énormes, faites-le", a-t-elle conclu, évoquant un gouvernement arc-en-ciel avec le PS.

Un gouvernement sans la N-VA ? Le CD&V ne semble pas vouloir endosser cette responsabilité. Le parti centriste flamand renvoie la balle aux deux grands partis. "Pour nous, c'est une évidence que le PS et la N-VA doivent prendre leurs responsabilités" en vue de la formation d'un gouvernement fédéral, a affirmé mardi matin Hilde Crevits (CD&V) dans l'émission De Ochtend sur Radio 1 (VRT). "Les deux plus grands partis doivent se regarder dans les yeux et prendre leurs responsabilités. Si on veut un gouvernement stable, nous avons besoin de ces deux partis", a ajouté la vice-présidente du gouvernement flamand. "A un moment donné, il faut former une équipe et être prêts à affronter les défis", a-t-elle poursuivi en estimant enfin que chaque jour qui passe sans solution "est un jour perdu".  

Vos commentaires