En ce moment
 
 

Hurlements au Parlement: le gouvernement Wilmès est prolongé après une séance très agitée

  • Le gouvernement Wilmès reçoit une courte prolongation

  • Prolongation du gouvernement Wilmès : le point en direct

 
 
 

Sophie Wilmès a fait face aux députés ce jeudi après-midi au Parlement. La Première ministre avait promis à la mi-mars de remettre son mandat en jeu ce 17 septembre, c'est-à-dire après six mois. Les sept partis qui négocient pour former une coalition Vivaldi ont cependant demandé à la Première de rester en place jusqu'au 1er octobre.

La promesse non tenue de Sophie Wilmès a eu le don de rendre furieux les nationalistes flamands de la N-VA et du Vlaams Belang (extrême-droite flamande). Mais après une séance intense et agitée, deux motions adoptées à la majorité ont permis au gouvernement Wilmès d'être prolongé jusqu'au 1er octobre.

Hurlements au Parlement

Le Vlaams Belang a déposé une motion de méfiance pour faire tomber le gouvernement et convoquer de nouvelles élections. Le PTB et la N-VA en ont fait de même.

Quant à la N-VA, elle est entrée dans une colère noire en début d'après-midi, quand sa demande d'inscrire une motion de confiance à l'ordre du jour a été éconduite. Peter De Roover, chef de groupe N-VA, a hurlé pendant plusieurs minutes. Il a ensuite été rejoint dans les décibels par la députée Valérie Van Peel. Tous les deux se sont même postés aux deux coins de l'hémicycle pour manifester leur mécontentement.

Wilmès poursuit jusqu'au 1er octobre

De son côté, Sophie Wilmès a indiqué que son gouvernement restait à la disposition du parlement, et sous son contrôle, pour la gestion du virus. Dans le respect du périmètre défini lors du vote de confiance, en mars. Mais elle a jouté que ce gouvernement va prolonger son travail jusqu'au 1er octobre, à la demande des sept partis qui négocient un nouveau gouvernement: les socialistes, les écologistes, les libéraux et le CD&V (chrétiens démocrates-flamands). Au 1er octobre, ces sept partis espèrent avoir terminé un programme de gouvernement et choisi un(e) Premier(e) ministre.

Sophie Wilmès n'a en revanche pas indiqué ce qu'elle ferait, ni quelle serait son attitude, si les partis de la Vivaldi ne parvenaient pas à aboutir pour le 1er octobre.

Résumé à 18h45

  • Le Vlaams Belang, le PTB et la N-VA ont déposé des motions de méfiance contre le gouvernement Wilmès.
  • Une motion "pure et simple" a été adoptée à la majorité (les sept partis de la coalition Vivaldi): Sophie Wilmès s'engage donc à remettre son mandat dans les mains de la Chambre le 1er octobre.
  • Une motion d'ordre déposée par les partis de la coalition Vivaldi a ensuite été adoptée majorité contre opposition: les partis de la Vivaldi s'engagent ainsi à inscrire à l’ordre du jour de la séance du 1er octobre la déclaration de politique générale du futur Premier ministre/de la future Première ministre.
  • Les motions de méfiance déposées contre le gouvernement Wilmès seront votées précisément le 1er octobre.



 

Vos commentaires