En ce moment
 
 

La sortie du nucléaire, un dossier clos pour le PS? Paul Magnette s'explique

  • Sortie du nucléaire: le dossier n''est pas tout à fait clos selon Paul Magnette

  • Paul Magnette

 
 
 

Les déclarations de Paul Magnette sur la sortie du nucléaire en Belgique ont beaucoup fait parler ces dernières semaines. "Les centrales fermeront, le débat est clos", avait déclaré le président du Parti socialiste. Invité de Pascal Vrebos sur RTL TVI ce dimanche, Paul Magnette a précisé sa position sur ce dossier. Selon lui, le dossier est plié sur la question de la sécurité d'approvisionnement, mais pas en ce qui concerne le prix pour les consommateurs. Un rapport de la ministre fédérale de l'Energie est attendu dans les jours à venir pour permettre au gouvernement de prendre une décision finale.

Pascal Vrebos: Pourquoi n'avez-vous pas attendu le rapport final de la ministre Tinne Van der Straeten (ndlr: ministre fédérale de l'Energie) qui va tomber dans les jours qui viennent avant de dire que le débat est clos et plié, plus de centrales? Et que répondez-vous au président du MR, qui dit encore récemment "il est impossible de fermer les deux centrales en 2025". C'est plié ou vous pourriez le déplier dans la semaine qui vient?

Paul Magnette: Sur base du rapport qui a été présenté par la ministre, c'est clair. Ça a été discuté.

Pascal Vrebos: Mais il n'y a pas encore eu de rapport final.

Paul Magnette: Si, il y a eu un rapport en kern (ndlr: conseil des ministres restreint rassemblant les vice-Premiers ministres autour du Premier ministre) qui était parfaitement clair. Vous savez, pour moi, on aurait très bien pu prolonger deux centrales nucléaires. Je n'avais jamais de problème avec ça, pour une certaine période, le temps qu'on arrive vraiment à réduire la consommation et avoir de l'énergie renouvelable. Mais on a fait un accord de gouvernement. C'était une demande forte des écologistes, c'est important pour eux. Quand on fait un accord de gouvernement, on essaie que chacun puisse retrouver un peu des sujets qui sont importants pour eux. C'était un sujet important pour les écologistes, donc tout le monde a dit "d'accord, on va organiser cette sortie du nucléaire". Avec deux conditions, et même une troisième mise par le Parti socialiste. Un: sécurité d'approvisionnement. Là-dessus, la ministre est venue avec un rapport.

Pascal Vrebos: Mais je croyais que le rapport final, c'était dans quelques jours.

Paul Magnette: Il y a d'autres questions, je vais y venir. Mais premier élément, elle est venue avec un rapport, qui indique qu'il y aurait les capacités suffisantes. Deuxième élément du débat très important pour nous: c'est le prix. Il ne s'agit pas de fermer les centrales nucléaires et de voir exploser le prix de l'électricité. Là-dessus, on attend encore des compléments d'information.

Pascal Vrebos: Donc ce n'est pas plié, c'est ça ma question?

Paul Magnette: Ce n'est pas plié sur cet élément-là. Sur la question de la sécurité d'approvisionnement, personne n'a contesté ces rapports, et ils établissent qu'il est parfaitement possible. Et il y a un troisième élément qui est important pour nous et qu'on est les seuls à avoir mis sur la table, c'est l'emploi. Il y a encore 7 à 8.000 emplois dans le secteur du nucléaire en Belgique. Un certain nombre de ces travailleurs vont pouvoir travailler dans le démantèlement. Les autres, il faut les accompagner pour que tout leurs savoir-faire, leurs compétences qui sont extraordinaires, puissent continuer à être valorisés.

Pascal Vrebos: Donc si je comprends bien, ce n'est pas si plié que ça. Vous attendez quand-même le rapport final.

Paul Magnette: Non, c'est plié sur la question de la sécurité d'approvisionnement. Sur le reste, le prix est évidemment une donnée fondamentale. Je ne vais pas rentrer dans les détails parce que ça serait un peu long, mais je voudrais savoir ce qui est plus cher. Pour le moment, on n'a pas de clarté. Certains disent que prolonger le nucléaire, ce sera moins cher. Mais ce sont quand même de très très lourds investissements. D'autres disent au contraire que ça coûte moins cher de faire des centrales au gaz. Eh bien on attend d'avoir les chiffres clairs, et ça doit être déterminant.


 

Vos commentaires