La Stib sur le réseau SNCB à Bruxelles? "Irréaliste", répond F. Bellot

La Stib sur le réseau SNCB à Bruxelles?

(Belga) La possibilité de voir les trams de la Stib exploiter le réseau SNCB à Bruxelles d'ici quelques années n'est pas réaliste. Elle équivaudrait en plus à défendre la régionalisation du rail, a réagi samedi le cabinet du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) à la proposition allant dans ce sens du patron de la société de transports en commun bruxelloise.

Dans L'Echo samedi, Brieuc de Meeûs, administrateur délégué de la Stib, lance la réflexion sur la possibilité pour son entreprise d'utiliser les sillons disponibles sur le réseau Infrabel à Bruxelles à partir de 2023. Cette année coïncidera en effet avec la libéralisation du rail. François Bellot n'est pas emballé par cette idée. Il pointe la spécificité du réseau ferroviaire à Bruxelles, qui s'assimile à une sorte de rond-point permettant aux trains d'irriguer la capitale en provenance des provinces et aux Bruxellois de se déplacer dans leur région via la trentaine de gare du réseau S. Il permet aussi de traverser la ville pour aller de Liège à Gand ou Ostende par exemple. "Mettre des trams sur le réseau ferroviaire bruxellois reviendrait à mettre des voitures qui tournent en permanence dans le rond-point sans en sortir", illustre le ministre de la Mobilité. "Plus aucune voiture ne pourrait donc entrer, circuler et sortir du rond-point. Par conséquent, cela revient à séparer le réseau en trois : un bruxellois, un flamand, un wallon." Politiquement, cela revient dès lors à défendre la régionalisation du rail, conclut-il. "Est-ce cela que l'on veut quand on voit toute la perte d'efficacité opérationnelle qu'a déjà créé la scission de la SNCB unitaire en trois sociétés? ", s'interroge-t-il. (Belga)

Vos commentaires