En ce moment
 
 

Bruxelles: niveau d'alerte 4 maintenu jusqu'à lundi prochain, mais les écoles et le métro rouvriront mercredi (vidéos)

  • Le Conseil national de sécurité à nouveau réuni: le niveau 4 est maintenu à Bruxelles

  • Menace terroriste: Jan Jambon est l

  • Menace terroriste: Dominique Demoulin commente le maintien du niveau d

  • Menace terroriste: la réunion du Conseil national de sécurité a été plus longue que prévu

  • Menace terroriste: le directeur du Collège Sacré-Coeur de Ganshoren fait le point

 
 
Bruxelles
 

A l'issue du Conseil national de sécurité, le Premier ministre Charles Michel a annoncé ce lundi soir le maintien à 4 du niveau de menace terroriste en région bruxelloise, soit le niveau maximal. Par conséquent, les écoles, les crèches et le métro seront à nouveau fermés mardi. Une réouverture est prévue à partir de mercredi, progressive toutefois pour le métro.

Les parents et les travailleurs attendaient cette information depuis des heures. Le Premier Ministre Charles Michel l’a finalement annoncé ce jeudi peu après 19h, lors d’une conférence de presse à l'issue du Conseil national de sécurité: le niveau de la menace terroriste reste à 4 sur une échelle de 4 pour Bruxelles en raison d'une "menace sérieuse et imminente". Soit le niveau d’alerte terroriste maximal. Pour le reste du territoire, le niveau 3 s'applique, correspondant à une menace "possible et vraisemblable", a précisé Charles Michel. 


Les écoles, les crèches et le métro pourront rouvrir à partir de mercredi à Bruxelles

Les autorités ont dès lors décidé de prolonger les mesures exceptionnelles prises vendredi soir. Les écoles resteront fermées demain. Mais elles pourront rouvrir leurs portes mercredi. Même chose pour le métro qui rouvrira progressivement à partir de mercredi. "Pour ce qui est des écoles, nous avons pris la décision de rouvrir mercredi, avec des mesures de sécurité supplémentaires, et le métro (de Bruxelles) sera également rouvert mercredi", a précisé Charles Michel. Les crèches rouvriront également leurs portes mercredi en Région bruxelloise, a annoncé ce lundi soir le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, en charge de la coordination de la sécurité et de la prévention en Région bruxelloise.


"Nous avons des indications sérieuses que des attaques peuvent à nouveau se produire"

Le métro bruxellois est fermé depuis samedi matin, suite à la décision de relever le niveau d'alerte à son degré maximal, les autorités craignant une réplique des attentats de Paris. Les crèches, les écoles, les universités et écoles supérieures sont restées portes closes lundi, une mesure sans précédent, et le resteront donc mardi."Nous avons des indications sérieuses que des attaques peuvent à nouveau se produire", a expliqué Charles Michel, en se refusant à donner le moindre détail sur les enquêtes en cours "pour des raisons évidentes"."Les cibles potentielles sont les mêmes qu'énumérées hier (lundi)", a-t-il toutefois indiqué, citant notamment les zones commerciales et les endroits à forte fréquentation, comme les transports en commun.



Une attention constante de la menace au cours des prochains jours

Le dispositif de sécurité général est maintenu quant à lui jusqu'à lundi prochain, l'analyse de la menace continuant toutefois à faire l'objet d'une attention constante au cours des prochains jours par l'OCAM. Le Centre de crise précise que le niveau 4 de menace est prolongé à Bruxelles jusque lundi. "Tout est fait pour retourner à une vie la plus normale possible", a assuré le Premier ministre qui, outre les principaux membres de son gouvernement fédéral, était également flanqué des ministres-présidents bruxellois, flamand et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


Il faut environ 24 heures au fédéral pour encadrer les écoles 

La Fédération et la Région bruxelloise étaient venues avec un inventaire des moyens qu'il convenait de mobiliser à leur sens pour encadrer les écoles. Il faut environ 24 heures au fédéral pour mettre en oeuvre ces moyens, raison pour laquelle les écoles ne rouvriront que mercredi. Les bourgmestres des six zones de police bruxelloises ont fait état de la nécessité de mobiliser 288 policiers fédéraux supplémentaires mais ce chiffre n'a pas été validé par le gouvernement fédéral qui fait valoir la possibilité de jouer sur les shifts horaires au sein de la police et entre la police et l'armée pour maximaliser l'efficacité de l'opération. "Les élèves constituent la priorité des priorités même si les écoles ne constituent pas une cible particulière. Mais il y a une logique de précaution à prendre étant donné le degré élevé qui pèse sur Bruxelles", a indiqué le ministre-président Rudy Demotte. L'OCAM a fait valoir trois points d'analyse: l'accès aux écoles, la mise en place de plan d'urgence et d'évacuation. Rudy Demotte a également souligné l'importance d'accompagner les élèves à travers une mission pédagogique lors de la reprise des cours après 48 heures de suspension liés à la menace terroriste.


Une réunion de 3h30

Le Conseil national de sécurité s'était une nouvelle fois réuni depuis 15h30 ce lundi au 16 rue de la Loi pour évaluer à nouveau le niveau de la menace terroriste en Région bruxelloise et en Belgique sur base des informations fournies par l'Organe de Coordination et d'Analyse de la Menace (OCAM) ainsi que le Centre de crise. 


 

 




 

Vos commentaires