En ce moment
 

Budget Fédéral: le gouvernement toujours à la recherche de 2,6 milliards

Budget Fédéral: le gouvernement toujours à la recherche de 2,6 milliards

Les travaux sur le budget avancent. Ils ont repris ce matin par des entretiens bilatéraux. Il s'agit de trouver un accord sur le budget 2019 et un deal pour l'emploi.

Le Premier ministre Charles Michel mène ce lundi des entretiens bilatéraux avec les représentants des différentes composantes de son gouvernement. Dimanche soir, les négociateurs semblaient près d'un accord mais celui-ci n'a pu être conclu et la réunion s'est soldée par un "blocage politique", commentait-on à plusieurs sources.

Le gouvernement fédéral cherche 2,6 milliards d'euros pour maintenir son budget dans la trajectoire de retour à l'équilibre convenue avec l'Europe. Une série d'autres dossiers sont également sur la table, notamment un "deal pour l'emploi" qui doit remédier au problème des métiers en pénurie et qui présente aussi des implications budgétaires. La compétence appartient au ministre de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), mais la N-VA veut une vraie réforme, et non seulement quelques incitants.

Deux mesures liées au chômage sur la table

Deux mesures sont mises plus particulièrement en avant: la dégressivité accélérée des allocations de chômage (soit une hausse dans un premier temps suivie d'une baisse plus rapide jusqu'à un montant forfaitaire) et une révision du chômage avec complément d'entreprise (RCC, les anciennes prépensions). M. Peeters a demandé à l'ONEM d'étudier la piste de la dégressivité qui vient d'un professeur de l'université de Gand (UGent). L'analyse est toujours en cours mais il semble d'ores et déjà que la réforme coûterait de l'argent, apprenait-on lundi. Pour ce qui est des RCC, la loi prévoit déjà que l'âge d'octroi sera relevé à 59 ans en 2019 et 60 ans en 2020.

Un accord de principe trouvé? Non

Le CD&V a fait inscrire dans l'accord de gouvernement que les coopérateurs d'Arco, le bras financier du Mouvement ouvrier chrétien emporté dans la débâcle de Dexia, seraient indemnisés. Le dossier, auquel est liée la privatisation partielle de Belfius, bute depuis le début de la législature sur les fortes réticences de la N-VA et de l'Open Vld ainsi que sur les obstacles des règles européennes. Un projet d'accord existe. Le "Tijd" a annoncé lundi matin la conclusion d'un accord de principe, mais le porte-parole du Premier ministre l'a "fermement" démenti. "Les discussions et les négociations sont toujours en cours", a-t-il assuré. Parmi les autres dossiers figurent encore la venue d'une quatrième opérateur télécom mobile, chère à l'Open Vld, ainsi la pénibilité des fonctions dans le cadre de la réforme des pensions, indiquait-on lundi. Le remplacement des F-16 devrait également être tranché. Le moment de la reprise des travaux en comité ministériel restreint demeure indéterminé. Il dépend de l'issue des entretiens bilatéraux menés par M. Michel.

Vos commentaires