En ce moment
 

Le gouvernement wallon présente un budget à l'équilibre pour 2019: "Il n’y a aucune nouvelle taxation"

  • Accord du gouvernement wallon sur le budget 2019

  • Le gouvernement wallon présente un budget à l''équilibre pour 2019: "Il n''y a aucune nouvelle taxation"

 

Le gouvernement wallon est parvenu à un accord sur le budget 2019 dans la nuit de vendredi à samedi. Les détails de ce budget ont été présentés ce samedi 29 septembre lors d'une conférence de presse.

"C'est un moment essentiel, historique", a débuté le ministre président. "Nous avons inscrit notre démarche dans une approche de rupture. Le budget va au-delà de nos engagements. C'est un budget à l'équilibre pour 2019", a-t-il insisté. 

Les membres du gouvernement ont insisté sur l'importance de revenir à l'équilibre afin "d'absorber le choc de 2024", année où la Wallonie commencera à perdre le bénéfice des transferts financiers nord-sud.

Le Ministre du Budget, Jean-Luc Crucke a annoncé une diminution des dépenses publiques, insistant sur le fait que cela n'aurait "aucune atteinte sur nos politiques prioritaires", à savoir les "priorités sociales et économiques". 

Pour ce retour à l'équilibre, "il n’y a aucune nouvelle taxation". "L’effort se fait par les structures et par les budgets wallons", a-t-il expliqué. 

En chiffres, l'exécutif régional fait état d'une évolution réelle des recettes de 327 millions d'euros par rapport au budget initial 2018 et de 354 millions par rapport à l'ajustement 2018. Au total, les recettes s'élèvent à 13,819 milliards d'euros.

Les dépenses, elles, s'élèvent à 15,078 milliards pour un solde brut à financer de 1,259 milliard. Pour y parvenir et permettre un retour à l'équilibre, les travaux budgétaires ont notamment porté sur le financement des UAP (unités d'administration publique) et du SPW (service public de Wallonie) tant en termes de fonctionnement (-3%) que de rémunérations (-1%), sur la gestion du parc immobilier, sur une réduction des subventions facultatives et sur la gestion de la dette.

Un monitoring plus précis des besoins a également été réalisé, permettant de dégager quelque 50 millions d'euros.

Vos commentaires