En ce moment
 

Le gouvernement wallon n'a plus de majorité: plusieurs dossiers PHARES risquent de passer à la trappe

Le parlement wallon risque d'être paralysé jusqu'aux élections. Le gouvernement MR-cdH n'a plus de majorité. Pour faire passer ses dossiers, il va devoir négocier au cas par cas avec l'opposition.

Le gouvernement wallon en affaires courantes. Comme au fédéral. Un scénario plausible, si la coalition MR-cdH venait à solliciter la confiance des députés mais que cette confiance était rejetée par une majorité.

L’opposition réclame que le gouvernement saisisse le parlement. Mais le ministre-président ne prendra pas ce risque. "Le gouvernement n'est pas démis, n'est pas remplacé. Il garde les pleins pouvoirs et continue à les exercer", a indiqué Dimitri Fourny, chef de groupe cdH au parlement wallon, à notre journaliste Sébastien Prophète.

"C'est un peu curieux parce que le gouvernement fait un peu comme si de rien n'était. Comme s'i il avait toujours la majorité, alors qu'il est en affaires, si pas courantes, en affaires chancelantes", a pour sa part réagi Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo.


Un départ et la majorité disparaît

Cette situation peu commune est la conséquence du départ du MR de la députée Patricia Potigny, qui a rejoint la liste Destexhe. La coalition perd donc sa majorité au parlement, en plénière et en commission.

Des dossiers du gouvernement sont en danger, comme par exemple la mise en place d’une assurance autonomie et la réforme des points APE soumis au vote dès demain.

Jusqu’au scrutin de mai, MR et cdH vont devoir au cas par cas tenter d’obtenir l’appui de députés. "Il n'y a pas encore de négociation en cours avec les autres partis parce que les événements sont quand même relativement récents. Il y a une déclaration de politique régionale. Nous allons essayer de continuer à l'appliquer, il est vrai dans des conditions nettement plus difficiles", a confié Jean-Paul Wahl, chef de groupe MR.

Patricia Potigny va-t-elle soutenir le dossier des points APE ? Son nouveau parti annonce ce soir qu’il rencontrera le ministre wallon de l’emploi pour négocier demain matin, quelques heures avant le vote en séance plénière.

Vos commentaires