En ce moment
 

Le ministre Bellot a visité le chantier de modernisation de la jonction Nord-Midi

(Belga) Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot a visité mardi matin le chantier de modernisation de la jonction "Nord-Midi", en passe d'être terminé. Le nouveau dispositif de ventilation devra être testé par les pompiers d'ici fin 2018, période prévue de sa mise en service. La fin de l'ensemble du chantier de modernisation de la jonction est fixée à fin 2019.

La jonction Nord-Midi a été mise en service en 1952. Elle est empruntée chaque jour par près de 1.200 trains nationaux et internationaux. Le tunnel est long de deux km. Il compte trois unités de ventilation, situées en gare de Bruxelles-Congrès et aux deux extrémités de la gare centrale. Chacune est composée de trois à cinq ventilateurs d'un diamètre allant jusqu'à trois mètres. Le chantier a été lancé en 2014. En octobre 2017, Infrabel et TUC RAIL ont entrepris le remplacement des ventilateurs. L'imposant dispositif de ventilation installé en remplacement est six fois plus puissant. Il est composé de 13 turbines géantes qui permettront un désenfumage rapide et automatisé. Une Brussels Control Room (BCR) gèrera informatiquement, depuis la gare de Bruxelles-Midi, son fonctionnement. Les ventilateurs sont réversibles. Ils peuvent souffler ou aspirer. Grâce à 12 km de fibres optiques déroulées dans le tunnel, le départ des feux pourra être localisé avec précision. Sur base de cette information, le système choisira un des 27 scénarios validés par les pompiers. Il n'y a encore jamais eu d'incendie dans le tunnel, à l'exception d'un wagon de chantier isolé qui a pris feu l'année passée. "Compte tenu de l'expérience et des conclusions dans un certain nombre d'incidents qui sont survenus dans des tunnels routiers tels que celui du Mont-Blanc, Infrabel a adapté son système de ventilation, non seulement pour le quotidien des voyageurs avec le renouvellement de l'air dans les gares, mais aussi en cas d'incident pour pouvoir réaliser l'évacuation des fumées", a expliqué le ministre. Les travaux menés de nuit ou durant les week-ends n'ont eu que peu de répercussions sur le trafic. Le coût global du chantier pour mettre la jonction aux normes de sécurité actuelles s'élève à 110 millions d'euros. (Belga)

Vos commentaires