En ce moment
 
 

Le ministre des Finances propose une baisse de la TVA sur l'énergie: qu'est-ce que cela changerait?

 
 

Pour limiter l'impact de la hausse des prix de l'énergie, le ministre des Finances propose de réduire la TVA sur l'électricité et le gaz. Elle est fixée à 21%. Vincent Van Peteghem, le ministre des Finances, propose de la réduire à 6% comme pour les produits de première nécessité. A la Chambre, ce jeudi après-midi, Alexander De Croo, Premier ministre, n'a pas fermé la porte à cette idée, mais il n'a pas non plus montré un grand enthousiasme. Il a précisé que toutes les pistes seront étudiées, et qu'il faudra que la décision soit temporaire et ciblée, et qu'elle ne pèse pas trop sur les finances de l'Etat:

Mais que gagnerait le consommateur? Que pourrait-il y perdre?

Si demain la TVA baisse de 21% à 6%, vous allez forcément économiser de l'argent. Mais combien? Dans votre facture d'électricité, vous payez plusieurs choses : 

  • D'abord, l'énergie, c'est 42% du total ;
  • Ensuite, le transport, qui représente 22% ;
  • Puis, toute une série de cotisations et de taxes diverses, amenant à un total de 19% ;
  • Enfin, la TVA, qui est aujourd'hui de 21% et qui s'applique sur presque l'ensemble de votre facture. 


Que paye-t-on réellement? © graphique RTL INFO 

Cette facture moyenne, en Belgique, c'est 1.000 euros par an pour l'électricité. Avec une TVA abaissée à 6%, l'économie serait donc de 130 euros. Pour le gaz et l'électricité combinés, c'est 2.800 euros chaque année. Si la baisse de TVA concerne aussi le gaz, l'économie serait donc en moyenne de 350 euros par an. 


En blanc, facture moyenne annuelle avec la TVA à 21%. En orange, facture moyenne avec le taux de la TVA abaissé à 6% © graphique RTL INFO 

Quelles conséquences ?

"La TVA c'est un bénéfice pour tout le monde même peut être pour des gens qui n'en n'ont pas besoin. Mais on n'arrive pas à déterminer exactement qui en a besoin ou pas donc c'est une mesure linéaire. Il faut imaginer qu'elle est sociale parce que ça va d'abord être un avantage pour les ménages les moins nantis", explique Bruno Colmant, professeur d'économie à l'UCLouvain et l'ICHEC. 

Il y ce qu'on y gagne, mais aussi ce qu'on y perd. Normalement, les salaires des Belges doivent être augmentés au printemps pour compenser l'augmentation de nombreux biens de consommation. C'est ce qu'on appelle l'indexation automatique. Si le prix de l'électricité baisse, cette augmentation pourrait ne pas avoir lieu. 

"On pourrait imaginer que l'indexation des salaires est repoussée dans le temps. Je crois que ce ne sera pas le cas ou ce sera le cas de manière très modique parce que l'électricité ne représente qu'une petite partie de l'indice des prix à la consommation", ajoute Bruno Colmant. 

Ce serait donc tout bénéfice pour le citoyen. Et pour l'Etat, une dépense de 800 millions d'euros chaque année. Mais vous achèteriez sûrement d'autres choses sur lesquelles la TVA est à 21%. C'est là-dessus que compte le gouvernement pour récupérer son argent. 


 




 

Vos commentaires