En ce moment
 

Le parti qui a gagné les élections ne dirige pas toujours la commune: c’est légal mais est-ce LÉGITIME?

COMMUNALES 2018

Une partie des habitants d’Ecaussinnes manifestent ce samedi car ils ne comprennent pas pourquoi la liste "Ensemble" qui a obtenu le plus de voix aux élections communales de dimanche dernier se retrouve reléguée dans l’opposition. Le politologue Pierre Vercauteren nous apporte son éclairage sur cette situation.

A Ecaussines dans le Hainaut, les listes minoritaires se sont regroupées et renvoient la liste "Ensemble", ayant obtenu 39% des voix, dans l'opposition. Nous vous en parlions il y a deux jours. Une partie des habitants trouve cette situation intolérable, c’est pourquoi ils manifestent ce samedi pour exprimer leur désaccord.

Nous avons demandé au politologue de l’UCL Mons, Pierre Vercauteren, de se pencher sur la question de la légitimité démocratique d’une telle manœuvre.


Premier constat: c’est légal

"Le cadre légal prévoit qu’il faut une majorité en sièges au conseil communal, que cette majorité soit constituée par le principal parti et d’autres ou bien par une coalition d’autres partis. L’essentiel est d’avoir une majorité en nombre de sièges, c’est ce que prévoit la loi", rappelle Pierre Vercauteren, au micro de Benoit Elsen.


C’est légal oui, mais est-ce légitime?

"Nous sommes en présence d’un enjeu inhérent au scrutin proportionnel. L’essentiel est d’obtenir une majorité, quand bien même un parti a obtenu une croissance des voix et obtient le plus grand nombre de sièges. Le fait qu’il n’ait pas la majorité limite sa légitimité. Autrement dit, nous devons considérer que la légitimité dans les fondements démocratiques est assurée par une majorité de voix et sièges, quand bien même cette majorité est constituée par des partis minoritaires ou par le plus grand parti et un autre parti. La constitution de la majorité fonde la légitimité démocratique", souligne le politologue.

En clair, "Le fait que le principal parti n’a pas obtenu la majorité absolue, cela veut dire qu’il y a une majorité qui n’a pas voté pour ce parti. Et cette majorité-là n’est pas moins légitime que celle qui serait formée avec le principal parti", pointe Pierre Vercauteren.

Vos commentaires