En ce moment
 

Le Tec déplore que les syndicats ne respectent pas les accords passés avec la direction

(Belga) Le réseau Tec est assez perturbé jeudi en raison de la manifestation interprofessionnelle contre la réforme des APE qui se tient à Namur en matinée. La direction du groupe déplore le fait que malgré des réunions de conciliation avec les syndicats pour prévenir tout problème, ces derniers ne respectent pas les accords passés. Elle rappelle qu'aucun préavis n'a été déposé dans l'entreprise. Conclusion: c'est le client qui paye le prix d'une action qui n'a rien à voir avec le Tec.

Au Tec, la concertation sociale passe par un bureau de conciliation, encadré par un président. Syndicats et direction s'y retrouvent avant tout dépôt de préavis de grève. Si les négociations n'aboutissent pas, un préavis peut être déposé avec une échéance de cinq jours. Réveil difficile ce matin pour le groupe, puisque de nombreux agents ont débrayé, laissant un certain nombre de dépôts fonctionner au ralenti. Pourtant, hier/mercredi, la direction avait pris l'initiative de réunir un bureau de conciliation pour prévenir tout problème le jour de la manifestation interprofessionnelle. En était ressorti que la participation d'une délégation syndicale au rassemblement était tolérée pour peu qu'elle n'ait aucun impact sur le service aux clients. "On constate aujourd'hui que l'accord n'a pas été respecté", déplore le directeur du marketing du groupe Tec, Stéphane Thiery. Au secrétaire général de la FGTB wallonne, Thierry Bodson, qui déclarait sur les ondes de Bel RTL ce matin "que toutes les lignes sont assurées" et que "le fonctionnement du réseau Tec est assuré tel que prévu par la concertation sociale, sans impact sur la mobilité", le groupe Tec répond qu'il est soit mal informé par ses équipes qui négocient avec la direction, soit qu'il transforme la réalité. "La réalité sur le terrain, c'est que le réseau est très perturbé. On est loin de l'accord signé hier" avec les syndicats, déplore M. Thiery. La direction appelle à la réunion "dans les plus brefs délais" d'un nouveau bureau de conciliation pour attirer "de manière très ferme" l'attention sur le fait qu'aujourd'hui le client est touché par le non-respect d'un accord par les syndicats, et par une manifestation qui ne concerne en rien le Tec. (Belga)

Vos commentaires