En ce moment
 

Les candidates miss Belgique sous les ors du Palais de la Nation

(Belga) Soixante candidates participant au concours miss Belgique ont été reçues lundi au parlement fédéral pour une courte visite des lieux immortalisée par une photo de famille. La visite de la Chambre et du Sénat s'est conclue par une brève leçon sur les rudiments de la politique belge. "Outre le rayonnement et le charme, il convient d'édifier une base intellectuelle", a expliqué le précepteur du jour, le ministre d'Etat Herman De Croo.

"La condition de miss revêt deux acceptions. Il y a les qualités inhérentes au statut de miss mais vous devez également prendre la mesure de ce que vous représentez", leur a adressé l'ancien président de la Chambre. Le patriarche de la rue de la Loi a ensuite prêché les vertus de l'Etat, des élections, de la Constitution et des missions qui incombent au parlement. Rompu à ce type de solennités, Herman De Croo a éclairé de sa science à de nombreuses reprises les candidates au titre, à un point tel que la mémoire du nombre d'éditions lui fait défaut, "quelque part entre 15 et 20". Plus enclin à discourir des atours qui ornent la monarchie constitutionnelle, il s'est répandu lundi en anecdotes et en chiffres, paraissant tomber de nulle part. Combien de fois la Russie englobe-t-elle la Belgique, pays qui appartenait au siècle dernier au club des pays les plus riches du monde ? Plus rien, parmi ces considérations, ne peut échapper à la sagacité des soixante aspirantes qui pourront en faire un usage utile mercredi lors de la présélection nationale comprenant une épreuve sur la Belgique. "Dix questions sur ce qu'elles ont entendu aujourd'hui et ce qu'elles devraient savoir sur la Belgique", a souligné Darline Devos, organisatrice de l'événement. Après mercredi, il ne restera plus que trente candidates qui concourront lors de la finale du 12 janvier qui verra émerger la successeure à l'actuelle miss, Angeline Flor Pua. (Belga)

Vos commentaires