Liège Airport s'en prend vertement à Skeyes et à une certaine "gréviculture" flamande

Liège Airport s'en prend vertement à Skeyes et à une certaine

(Belga) Liège Airport fulmine contre les actions des contrôleurs aériens de Skeyes, qui l'ont touché à douze reprises depuis le début mars et ont eu un impact très lourd sur ses activités. "J'en ai marre de ces fonctionnaires flamands qui insultent régulièrement les Wallons en les traitant de paresseux!", dénonce ainsi son président José Happart. Il évoque une certaine "gréviculture flamande qui ne dit pas son nom" et demande de contrôler la situation réelle de la santé des aiguilleurs du ciel qui se déclarent malades.

L'espace aérien belge a à nouveau été fermé la nuit dernière 01h30 et 04h30, plusieurs contrôleurs aériens de Skeyes -une société publique autonome- s'étant déclarés malades. Ce qui a fortement touché les activités de Liège Airport. Une suspension des actions syndicales avait pourtant été annoncée dimanche pour donner sa chance au processus de conciliation en cours. Depuis le début du mois de mars, entre 250 et 300 vols ont été touchés à Liège, premier aéroport cargo du pays, qui est ouvert 24h/24 et 7j/7. Ces avions n'ont pas pu y atterir ou décoller ou ont pu le faire avec beaucoup de retard. Les actions du personnel de Skeyes, qui ont souvent lieu la nuit, causent des nuisances "terribles" et leur coût se calcule en millions d'euros. Cela alors que de grands clients comme FedEx, Qatar Airways, Ethiopian Airlines ou AirBridgeCargo y sont actifs sur le segment du fret, laisse entendre Liège Airport. Ces entreprises perdent des clients et des parts de marché et s'inquiètent de la situation, ce qui vient casser toute une dynamique lancée depuis des années, s'y inquiète-t-on. Son président José Happart voit, lui, dans ces actions une complaisance "inacceptable" de médecins délivrant de faux certificats médicaux et une organisation "structurée". Il évoque une "gréviculture flamande qui ne dit pas son nom". "Jamais autant de gens ne peuvent tomber malades au même moment dans une même entreprise", s'étonne-t-il dans un entretien avec l'agence Belga. Pour lui, il est question de "sabotage": "la Flandre agit délibérément contre la Wallonie". Ne souhaitant pas mettre en péril des milliers d'emplois à Liège Airport, il attend dès lors que la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block procède à "un contrôle de la situation réelle de la santé de ces fonctionnaires flamands, qui oeuvrent au détriment de l'économie wallonne". José Happart plaide également pour une régionalisation des compétences aéronautiques, comme l'avait fait le ministre wallon des Aéroports Jean-Luc Crucke (MR) la semaine dernière. (Belga)

Vos commentaires