Luc Vansaingèle, le bourgmestre de Beloeil, s'en prend à Carlo Di Antonio: "Je crois qu'il s'entend bien avec le maïeur de Leuze"

Personne n'a jamais tenté l'expérience. RTL vous propose une expérience inédite en cette semaine de rentrée et à quelques semaines des élections communales. Une villa, trois journalistes, 281 communes, 48 heures. Pendant deux jours, sans la moindre interruption, Caroline Fontenoy, Pascal Vrebos et Christophe Deborsu vont donner la parole à TOUS les dirigeants des communes de Wallonie et Bruxelles. Les 3, 4 et 5 septembre, autrement dit de ce lundi 13h au mercredi même heure, jour et nuit, les maïeurs se succèdent dans la villa Balat à Namur.

Le bourgmestre (PS) de Beloeil, Luc Vansaingèle, participait ce lundi après-midi à l’émission "48H des bourgmestres". Il a répondu aux questions de Christophe Deborsu qui a notamment abordé la situation de la RN527 qui pose problème dans l’entité avec le passage de poids lourds de plus de 15 tonnes.


Christophe Deborsu : L’histoire de la législature concerne la RN527, une nationale qui traverse la commune de Beloeil. Vous voulez l’interdire aux plus de 15 tonnes. Cela semble compliqué puisque cela veut dire que les gros camions devraient faire un détour de 10 kilomètres et en plus ils traverseraient la commune voisine de Leuze-en-Hainaut. Ce n’est pas très fair-play… Beloeil veut remballer les camions vers Leuze?

Luc Vansaingèle: "Ce n’est pas gentil mais il faut connaître le terrain. La RN527 est une route étroite qui traverse une zone urbaine chez nous donc l’idée est de dévier la circulation des poids lourds essentiellement vers un contournement de la commune de Leuze. Si on fait des contournements, c’est pour que les camions y passent mais si le bourgmestre de Leuze, Christian Brotcorne, empêche les camions de passer par là et fait appel au ministre de la Mobilité qu’est monsieur Carlo Di Antonio (cdH), cela se passe mal. Je crois que les bourgmestres de Leuze et de Dour (NDLR: Carlo Di Antonio est le bourgmestre faisant fonction) s’entendent bien."

"C’est grave, ce que vous dites. Cela veut dire qu’ils sont complices pour vous embêter?", alors demandé Christophe Deborsu. "Ils ne sont pas complices mais amis en politique. Notez que ça veut dire la même chose", a conclu le bourgmestre de Beloeil.

>REVOIR L’INTERVIEW DE CHAQUE BOURGMESTRE

Vos commentaires