En ce moment
 
 

Maggie De Block: "Au Congo, ils trouvent qu'une femme forte c'est puissant à voir"

 
 

Maggie De Block a été consacrée femme de l'année 2013 par le magazine flamand "Story". Pour l'occasion, la secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations a accordé une interview où elle n'évite aucun sujet.

La secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, Maggie De Block, a accordé une interview à un hebdomadaire du Nord du pays, "Story". Le magazine a consacré Maggie de Block personnalité de l'année écoulée. Pour l'évènement, la secrétaire d'État a accordé une longue interview où elle ne parle pas uniquement de politique et où elle se dévoile comme jamais.  On y apprend qu'elle a perdu son père dans un accident de la route lorsqu'elle avait sept ans. Maggie de Block estime également que 2013 aura été "sa meilleure année". Voici une sélection des déclarations de Maggie De Block traduites par Michel Henrion, expert en communication et chroniqueur dans l'émission "On refait le monde" tous les dimanche sur RTL-TVI:  

"J'ai un grand sac à main. Avec une tablette, des lunettes de soleil, mon portefeuille, des dossiers, des cartes de visite, des mouchoirs, des bas de réserve. (...) A l'armée, on peut survivre cinq jours avec tout ça."

"Je suis contente d'avoir quand même pu trouver le temps de faire mon sapin de Noël. En semaine, je rentre à des heures impossibles, mais le week-end je trouve le temps de faire ma lessive et de j'essaie aussi de cuisiner pour ma famille." 

Maggie de Block n'a pas évité les questions sur son physique:

"A l'époque de Rubens (Ndlr: Pierre Paul Rubens, peintre du 16e siècle), j'aurais été au goût du jour. Je suis sans doute née trop tard ou sur le mauvais continent. Au Congo, ils trouvent qu'une femme forte c'est puissant à voir."  

"Pour avoir les mains libres, je place mon GSM dans mon soutien-gorge. Beaucoup de femmes font ça, puisque les vêtements pour dames n'ont pas de poches intérieures."


 




 

Vos commentaires