En ce moment
 
 

Mathieu Michel: "Le MR n'a pas brisé le cordon sanitaire"

 
 

Invité dans C'est pas tous les jours dimanche, le secrétaire d'État Mathieu Michel (MR) a défendu Georges-Louis Bouchez. Celui-ci avait débattu avec Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, quelques jours auparavant.

Le président du Mouvement Réformateur, Georges-Louis Bouchez a débattu, sur la VRT, avec le leader du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, ce jeudi dernier. Cet acte est considéré, pour de nombreux partis, comme une rupture du cordon sanitaire. Mathieu Michel (MR) et François De Smet (DéFi) étaient les invités de C'est pas tous les jours dimanche pour en parler.

Pour Mathieu Michel, le président du MR n'a pas brisé le cordon sanitaire, mais il est allé "débattre et combattre les idées nauséabondes du Vlaams Belang dans un contexte médiatique flamand". Le secrétaire d'État à la Digitalisation a réaffirmé l'importance du cordon sanitaire pour son parti, et sa volonté de le défendre, voire de l'étendre.

Paul Magnette (PS), les co-président d'Ecolo Rajae Maouane et Jean Marc Nollet ainsi que Maxime Prévot (Les Engagés), n'interprètent pourtant pas ce débat de cette manière. Dans un communiqué ils ont insisté sur le fait que "cet acte très grave ne peut rester sans suite", et ont demandé "que les instances habilitées du MR clarifient leur position d'ici lundi midi : s'agit-il ici d'une faute qui ne se reproduira plus, ou le MR renie-t-il le point 11 de la charte ?"

François De Smet y voit aussi une "faute politique et morale" que DéFi considère "grave". Cette rupture du cordon sanitaire constitue, selon lui, une rupture "de l'engagement vis-à-vis des autres partis et du MR aussi". 


 

Vos commentaires